D’après thomas hobbes « le bien et le mal de même que le juste et l’injuste n’existent que pour un individu vivant en société ».

Pages: 4 (755 mots) Publié le: 31 janvier 2011
D’après Thomas Hobbes « le bien et le mal de même que le juste et l’injuste n’existent que pour un individu vivant en société ». Cela implique que l’homme non civilisé, l’homme sauvage, à l’état denature n’est pas confronté au bien et au le mal et par conséquent au juste et à l’injuste. Or dans « La profession de foi du vicaire savoyard » , Rousseau explique que se tient dans le cœur des hommes« un principe inné de justice et de vertu » nommée conscience. Elle est un guide légitime sur lequel l’homme se fie (quand il sait entendre sa voie ) . Elle l’élève vers le bien et c’est par elle quel’homme est naturellement bon et qu’il n’est pas porté à nuire. Les hommes portent donc en eux, quelque soit leurs coutumes et leurs mœurs des valeurs universelles et invariables telles que le bien, lemal, la justice et l’injustice. Le sauvage vivant à l’écart de toute société sait donc reconnaitre et différencier le bien du le mal ainsi que le juste de l’injuste mais y est-il réellementconfronté ? La nature dans laquelle vit le sauvage n’est qu’ « harmonie et proportions ». Ce cadre idéal bien différent de celui de la société n’offre pas au sauvage d’autres choix que de faire, muni des facultésqu’il possède, le bien.

L’homme est certes naturellement bon mais il est surtout libre de choisir entre le bien et le mal. Et la société fait naître chez l’homme les passions qui tendent à lepervertir. Dieu a créé l’homme libre pour qu’il fasse le choix du bien. Le mal est donc un mauvais usage des facultés que possède l’homme et celui ci est le seul responsable du mal moral c'est-à-dire dela transgression des exigences morales. Prenons un exemple pour illustrer cette idée : Dans « Macbeth » de Shakespeare, Macbeth est désireux de posséder le pouvoir, il est conscient du caractèrehorrible et immoral de l’acte qu’il envisage de faire (tuer Duncan) « Nul éperon pour exciter le flanc de mon vouloir, seulement l’ambition voltigeante et dépassant son propre but qui verse de...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Le juste & l'injuste
  • Thomas hobbes
  • Thomas hobbes
  • Le juste et l'injuste ne sont-ils que des conventions
  • Le juste et l'injuste ne sont ils que des valeurs conventionnelles?
  • Le juste et l'injuste ne sont-ils que des conventions ?
  • Le juste et l’injuste ne sont ils que des conventions ?
  • Le juste et l'injuste ne sont ils que des conventions

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !