L'etat est-il plus à craindre que l'absence d'etat ?

1358 mots 6 pages
L'état désigne l’ensemble des institutions qui organisent une société sur un territoire donné. La notion d'État suppose non seulement la permanence du pouvoir, c'est-à-dire que l'État n'apparaît que lorsque le pouvoir s'institutionnalise. Mais également une « chose publique » c'est-à-dire si le pouvoir de l'État n'appartient pas à son détenteur, c'est qu'il définit un espace public, communs à tous. Craindre désigne le fait de redouter quelque chose. L’absence d'État désigne l’inexistence des ces institutions. S’il n’y a État que lorsque l’autorité est institutionnalisée, le problème qui se pose est celui de sa légitimité. A se titre on peut se demander au nom de quoi l'État peut-il avoir le droit de contraindre des citoyens et donc de limité leur liberté ? L'état permet-il d’enlever toutes les inégalités ou au contraire les creuse-t-il ?
Le problème est donc le suivant : En quoi l'État est-il nécessaire ? L’absence d'État pourrait-elle devenir préférable ?

Nous verrons tout d’abord que l'État est plus à craindre que l’absence d'État. Puis nous verrons que l'État n’est pas forcement plus à craindre que l’absence d'État.

Nous verrons tout d’abord que l'État est plus à craindre que l’absence d'État car il réduit les libertés des individus. L'état désigne l’ensemble des institutions qui organisent une société sur un territoire donné. La notion d'État suppose non seulement la permanence du pouvoir, mais également une « chose publique ». C'est-à-dire si le pouvoir de l'État n'appartient pas à son détenteur, c'est qu'il définit un espace public, communs à tous; en ce sens, on peut dire de tout État qu'il est une République (« res publica », une chose publique). Il existe différentes conceptions de l'État, selon qu’est plus ou moins grande la part de liberté laissé aux individus. Pour Nietzsche l'État et un « monstre froid » car l'État pèse sur la liberté de l’individu. Aux yeux de l'État l’individu n’est pas une personne, mais un individu obéissant parmi d’autres.

en relation

  • Naofal
    521 mots | 3 pages
  • Etat ou absence d'etat?
    2021 mots | 9 pages
  • Doit on craindre l'etat
    1173 mots | 5 pages
  • je sais pas
    1232 mots | 5 pages
  • Nietzsche commentaire de texte etat
    1163 mots | 5 pages
  • Les immunités de juridiction et d'éxecution du chef de l'etat
    2179 mots | 9 pages
  • L'indépendance des organes est elle une condition nécessaire a la séparation des pouvoirs ?
    1628 mots | 7 pages
  • Crise socio-politiques dans la sous region
    7519 mots | 31 pages
  • Commentaire l'esprit des lois Montesquieu
    730 mots | 3 pages
  • L'etat de nature
    1203 mots | 5 pages