35 kilos d'espoir

par

Les conseils de l'auteur

Ce roman, outre sa valeur divertissante, peut être perçu comme un ensemble de conseils délivrés par l’auteure à l’attention des enfants en difficulté scolaire et de leurs familles. Les thèmes traités, comme le système éducatif, le rapport à l’école, les relations intrafamiliales, peuvent servir de miroir aux familles confrontées à un échec scolaire. En s’identifiant à l’histoire et à ses protagonistes, les familles peuvent trouver un réconfort et des conseils propres à les aider dans leur situation personnelle.

« Et puis nous avons parlé de nos parents. Comme toujours. De Maman et de Pop. De leurs nouvelles vies. De leurs amours à eux et de notre avenir à nous. Bref, de ces quelques bricoles et de ces quelques gens qui remplissaient nos vies. Ce n’était pas grand-chose, ni grand monde et pourtant… c’était infini. »

         Le dialogue, l’écoute, la compréhension et l’amour comme bases de toute relation sont les conseils que prodigue Anna Gavalda à ses lecteurs. Elle les encourage à ne pas se focaliser sur un échec mais à le dépasser en valorisant les aspects positifs que recèle toute situation.

         L’auteure elle-même enseigne, transmet des conseils de pédagogie à travers les exemples, positifs et négatifs, qu’elle décrit. Ainsi Marie, l’institutrice qui fait découvrir à Grégoire les travaux manuels, est un modèle dans sa capacité à écouter, encourager et soutenir ses élèves, à rebours d’une personne qui ne saurait qu’insister sur des aspects négatifs ou les échecs.

         « C’est l’odeur de l’école qui me rend le plus malade. Les années passent et les lieux changent, mais l’odeur reste la même. Une odeur de craie, de vieilles baskets mélangées, qui me prend à la gorge et me soulève le cœur. »

         À travers l’exemple de Grégoire, l’auteure met l’accent sur l’importance du cadre familial dans l’épanouissement des enfants et de leurs facultés. Bien que ce ne soit pas leur intention, les parents de Grégoire font de leur enfant, et de toutes les questions qui le concernent, un terrain d’affrontement pour leurs conflits matrimoniaux. Grégoire ne peut donc espérer trouver chez lui des personnes disposées à l’entendre dans de telles circonstances. Certes, les parents sont toujours convaincus de rechercher le bonheur de leurs enfants, mais il importe de toujours garder une oreille attentive aux attentes des enfants dont on veut faire le bonheur, semble nous dire l’auteure. Car, malgré leur jeune âge, les enfants ont souvent conscience des choses qui leur procurent du bonheur, ou tout au moins, des choses qui les rendent malheureux.

         Gavalda cherche donc à déclencher une prise de conscience cruciale chez les parents : il ne faut pas chercher à faire le bonheur de leurs enfants malgré eux, mais faire participer l’enfant aux décisions qui le concernent afin de ne pas handicaper sa faculté à se prendre en main dans le futur.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Les conseils de l'auteur >