35 kilos d'espoir

par

Le message de l’œuvre

L’œuvre comme en témoigne son titre est un messaged’espoir, d’abord celui de Grégoire de voir son grand-père guérir de lamaladie, lui envoyant toutes ses pensées d’amour et faisant de tout son être,des 35 kilos qu’il pèse, un message vibrant à destination de Léon. 

         L’espoirest aussi celui que le parcours du jeune homme révèle au lecteur : malgréd’énormes difficultés, en dépit d’un échec scolaire qui semblait total,Grégoire continue à avoir foi en l’avenir et en lui-même. Il découvre de sa propreinitiative le lycée technique où il pense pouvoir s’épanouir, et entreprendlui-même les démarches pour y être admis. Le jeune homme se bat pour son aveniret ne baisse pas les bras face aux difficultés.

         « Je voudrais être admis dans votre établissement,mais je sais que c’est impossible parce que mon dossier scolaire est tropmauvais. J’ai vu sur la publicité de votre école que vous aviez des ateliers demécanique, de menuiserie, des salles informatiques, une serre et tout ça. Jepense qu’il n’y a pas que les notes dans la vie. Je pense qu’il y a aussi lamotivation. »

         L’auteure,elle-même mère, insiste sur l’importance de l’écoute et de l’amour dans unefamille : c’est l’apparition de son grand-père qui pousse Grégoire àsurmonter sa phobie scolaire pendant son examen d’admission.

         Lemessage est ici de ne pas faire de l’échec scolaire une fatalité, mais d’enchercher les causes (inadéquation de l’enseignement, inattention de l’élève) pourremettre l’enfant sur le chemin de la réussite en valorisant ses capacités etses compétences.

« Maintenantj’ai treize ans et je suis en sixième. Oui, je sais, il y a quelque chose quine va pas. Je vous explique tout de suite, ce n’est pas la peine de compter survos doigts. J’ai redoublé deux fois : le CE2 et la sixième. »       

Le roman n’est pas une satire du système scolairemoderne, il ne s’agit pas d’une critique absolue de ses composantes ou de sesméthodes. Toutefois, il pose la question de savoir si tous les enfants sontadaptés au modèle académique qui leur est imposé. S’il est vrai que le systèmea fait ses preuves, il a également fait son lot de victimes. L’uniformisationde la formation a toujours eu des conséquences néfastes sur ceux qui sont tropsinguliers pour entrer dans le moule.

« C’estun cercle vicieux : moins tu travailles, et plus tu détestesl’école ; plus tu la détestes, et moins tu travailles… »

         Lemessage que l’auteure souhaite faire passer à travers son roman est là ;l’éducation d’un enfant devrait être une démarche spécifique au caractère dechacun ; elle devrait prendre en compte les différences et les accepter,afin de mieux orienter chacun. Imposer un modèle unique à tous revient à détruireles singularités qui, de tout temps, ont fait la richesse des sociétéshumaines.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Le message de l’œuvre >