35 kilos d'espoir

par

Grégoire Dubosc

Ce jeune garçon de treize ans est le héros duroman. Il est fils unique et ne présente pas de caractéristiques physiquesparticulières ; comme il le dit lui-même, il n’est « ni très grand, ni très gros, ni très fort »

         Grégoireéprouve de très grandes difficultés dans son parcours scolaire. Arrivé ensixième, il a déjà redoublé deux fois ; ses centres d’intérêt ainsi queles traits de sa personnalité ne s’accordent pas avec les exigences du systèmescolaire classique. Assurément, Grégoire ne comprend pas l’utilité de ce qu’onlui demande d’apprendre et, confronté à son échec, il redoute de plus en plusl’école jusqu’à en ressentir une angoisse physique.

Grégoire adore en revanche les travaux manuels et semontre très doué de ses mains : il passe des heures à bricoler, réparer,inventer. Ces talents-là le rapprochent de son grand-père Léon, lui-mêmebricoleur, qui est la seule personne avec qui il se sente à l’aise. La maladiede Léon affecte beaucoup le jeune garçon qui redouble d’efforts pour réussir,comme si cela pouvait aider son grand-père à aller mieux. 

         Malgrétoutes ses difficultés, Grégoire est plutôt optimiste et il garde espoir enl’avenir. Ayant trouvé une annonce pour un lycée technique dont l’enseignementlui correspondrait mieux qu’un enseignement traditionnel, il entame lui-mêmeles démarches pour s’inscrire dans cet établissement.         Lors de l’examen d’entrée dans ce lycée,face aux symboles de la pédagogie traditionnelle que sont la feuille blanche etle sujet d’examen, il surmonte sa panique grâce à l’apparition imaginée de songrand-père. Il fait alors de son mieux, comme pour rendre hommage à celui quil’a toujours soutenu, et obtient son admission dans le lycée.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Grégoire Dubosc >