Brooklyn Follies

par

Nathan Glass

Cet agent d’assurances retraité est âgé de 60 ans. Hélas, comme c’est souvent le cas à cet âge, la maladie guette. Et il ne souffre pas d’une pathologie mineure, mais bien d’un cancer, le genre de maladie qui conduit lentement, surement et implacablement vers la fin. C’est donc dans sa quête d’un endroit pour passer les derniers instants de sa vie qu’il retourne à Brooklyn, le quartier de son enfance : « Je cherchais un endroit tranquille où mourir. Quelqu’un me conseilla Brooklyn et, dès le lendemain matin, je m’y rendis de Westchester afin de reconnaître le terrain. Il y avait cinquante-six ans que je n’étais pas revenu là et je ne me souvenais de rien ». Il décide de s’occuper en se mettant à écrire un livre, mais change ses plans quand s’impose à lui la nécessité d’aider son neveu. S’il n’a pas le profil du héros classique fait de muscle et doué pour le combat, il n’en reste pas moins très attachant.

Inscrivez-vous pour continuer à lire Nathan Glass >

Dissertation à propos de Brooklyn Follies