Claude Gueux

par

Claude Gueux

La nouvelle de Victor Hugo lui a été inspirée par des faits réels. Claude Gueux est en effet un véritable condamné à mort dont l’auteur raconte la descente aux enfers. Deux ans avant la parution du livre, le Claude Gueux historique a été condamné à la peine capitale pour avoir tué le sieur Delacelle, patron des ateliers de la maison centrale de Clairvaux.

Accusé de meurtre, le Claude Gueux romanesque est un personnage aux facettes multiples, propre à déconcerter le lecteur. En effet, il est présenté à la fois comme émouvant, instable et capable du pire. La cruauté dont peut faire preuve le personnage est relatée de manière relativement neutre, et devient ainsi coutumière au lecteur, qui n’en est plus touché. Il apparaît important pour l’auteur qu’un lien s’établisse entre son lectorat et le personnage, puisque c’est à travers lui et son parcours que seront convoyés les idées et les blâmes d’Hugo. Claude Gueux doit donc acquérir une certaine crédibilité, et ainsi, en montrant la barbarie dont il est capable, l’auteur évite à son personnage la mièvrerie, et il ne devient pas si facile à innocenter tout à fait. Il est « capable, habile, intelligent, fort mal traité par l’éducation, fort bien traité par la nature, ne sachant pas lire mais sachant penser ». C’est une « belle tête avec quelque chose d’impérieux dans toute sa personne, ayant un ascendant singulier sur tous ses compagnons, devenu l’âme, la loi, l’ordre de l’atelier. » Il a donc toutes les qualités qui font l’homme influent : la force, la persuasion, la conviction, mais également l’éloquence et l’intelligence, bref, Claude Gueux est loin d’être un héros dont on a pitié, mais un redoutable fauve pris au piège. Parallèlement, il fait preuve d’un grand sens de l’honneur et...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Claude Gueux >

Dissertation à propos de Claude Gueux