Crime et châtiment

par

La folie

Ce thème apparait également même s’il n’est pas prépondérant. La question se pose en effet de savoir si Raskolnikov est fou. Le roman ne permet pas de tirer une conclusion mais il semble que sa trop grande solitude et son ambition anéantie ont altéré sa capacité de jugement. Son meurtre n’est pas la conséquence du besoin mais surtout le fruit de ses longues divagations. Il estime être en droit de tuer et accompli l’acte pour prouver ses théories.

Par ailleurs, une fois son crime accompli, ses certitudes l’abandonneront, et confronté au remords il va entrer dans une longue phase de dépression et d’hallucinations. Il deviendra dépressif et presque maniaque.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur La folie >