Crime et châtiment

par

La rédemption

Le thème de la rédemption est l’un des thèmes majeurs de ce roman. Après avoir montré le lien entre la misère et la déchéance morale, Dostoïevski offre une porte de sortie à ses personnages. Ceux-ci obtiennent la rédemption.

Raskolnikov, une fois son crime accompli, va perdre toutes ses certitudes de surhommes. Il va entrer dans une phase de dépression due à la culpabilité et à la crainte d’être arrêté. Son grand châtiment est le fait de se rendre compte qu’il n’appartient pas à cette race de surhommes à laquelle il prétendait. Il fait partie de cette catégorie de personnes qu’il méprisait. Grâce à l’amour de Sonia, il va finir par accepter sa condition et reconnaître qu’il a commis un crime. Il va avouer son meurtre et sera condamné au bagne en Sibérie.

La rédemption, il la gagne par l’amour et la souffrance : l’amour de Sonia qui l’accompagnera au bagne et la souffrance de reconnaître sa condition d’homme faible appartenant à la catégorie qu’il méprise. Il y a également la souffrance de l’emprisonnement.

Cette rédemption faite de souffrance et d’amour n’est pas sans rappeler la foi chrétienne présente dans la plupart des écrits de Dostoïevski.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur La rédemption >