Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes

par

La forme de l’essai

Après nous être intéressés au fond de l’essai, nous allons désormais étudier sa forme, car elle revêt quelques caractéristiques bien particulières qu’il est nécessaire de mettre en lumière.

En effet, l’essai est une exposition d’idées supposées traiter d’un sujet, d’une question posée, d’un problème dont l’auteur indiquera clairement l’énoncé. Si l’essai traite davantage d’explications démontrées à l’aide d’arguments plutôt que par des procédés rhétoriques destinés à persuader l’auditoire, la visée n’en demeure pas moins la conviction. L’auteur doit donc, par la force de ses arguments et l’enchaînement logique de ceux-ci, parvenir à une conclusion qui paraît irréfutable, et donc la lecture va s’avérer être à la fois enrichissante et intéressante.

Ainsi retrouve-t-on dans le Discours la logique de l’essai. Celui-ci est en effet construit autour d’une thèse clairement identifiable : les inégalités reposent sur le passage de l’état de nature à l’état de civilisation, il ne peut y avoir de progrès social sans destruction de celle-ci par celle-ci.

Autour de cette thèse s’articulent plusieurs arguments qui viendront l’appuyer, par validation ou réfutation des éléments que Rousseau introduit. Par exemple, prenons le moment où l’auteur tâche d’établir une comparaison entre homme naturel et animal d’un point de vue moral et métaphysique. Il commence par deux paragraphes expliquant que l’homme et l’animal ne sont tous deux que des « machines ingénieuses, à qui la nature a donné des sens pour se remonter...

Inscrivez-vous pour continuer à lire La forme de l’essai >

Dissertation à propos de Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes