Et si c'était vrai

par

Résumé

Arthur loue un appartement depuis dix jours. Un jour, en sortant de sa douche, il entend des claquements de doigts au rythme de la musique qu’il écoute, en provenance de sa penderie. Là, il surprend une femme cachée entre les cintres : il s’agit de « l’esprit » de Lauren, l’ancienne propriétaire du logement. Autrefois interne aux urgences, elle se trouve dans le coma depuis six mois suite à un accident de voiture. Alors qu’Arthur est abasourdi par cette intrusion, Lauren se montre tout aussi surprise qu’il puisse la voir. L’homme demande à ce qu’elle quitte son appartement, mais Lauren indique qu’elle est la propriétaire des lieux et qu’Arthur est en fait son « locataire post-mortem » – il aurait loué l’appartement à sa mère.

Le héros prend Lauren pour une folle mais il est bien obligé d’écouter ce qu’elle a à dire, car elle n’a pas l’intention de partir avant de lui avoir expliqué son histoire. Après s’être présentée, elle lui explique que depuis l’opération subie après son accident, elle peut voir tout ce qui se passe mais n’arrive pas à interagir avec son corps, et qu’Arthur est la première personne à réussir à la voir. Mais Arthur n’arrive toujours pas à la prendre au sérieux. Il finit par appeler Paul, son meilleur ami et associé, et souhaite lui passer Lauren. Mais lorsque celle-ci parle dans le combiné, Paul ne l’entend pas. Lauren arrive alors à convaincre le héros de se rendre à l’hôpital, afin qu’il puisse constater qu’y gît son corps inanimé. Enfin, mis devant les faits, Arthur la croit enfin.

Par la suite, la relation du héros avec Lauren le plonge plusieurs fois dans l’embarras : son entourage, bien sûr, pense qu’il parle seul, puisque Lauren leur reste invisible. Son ami Paul, inquiet, lui demande ce qui se passe, mais lorsqu’Arthur lui explique les événements surnaturels qu’il vit, Paul le croit fou et veut l’emmener chez un médecin. Il pense que son ami a toujours du mal à se remettre de sa séparation difficile d’avec son ex, Carol-Ann, et il l’emmène faire un bilan médical. Mais il s’avère que le cerveau d’Arthur ne présente aucune anomalie, et Paul est bien obligé de le laisser rentrer chez lui en lui conseillant de se reposer, le pensant à présent simplement surmené.

Arthur profite de cette excuse pour prendre des jours de congé et pour effectuer des recherches afin d’aider Lauren. Durant cette période, il se rapproche énormément d’elle, et des sentiments naissent progressivement entre eux. Cependant, la vie de l’héroïne va être mise en danger : sa mère, convaincue par les médecins, accepte qu’on euthanasie sa fille alors que l’esprit de Lauren assiste à la scène. Arthur décide alors d’agir et d’enlever Lauren. Il simule une maladie aux urgences afin de se trouver sur place et d’obtenir les papiers et médicaments nécessaires à la sortie du corps de son amie. Mais Lauren ne croit pas à ce plan alors Arthur va parler à la mère de Lauren, Mme Kline, alors qu’elle promène son chien, en se faisant passer pour un simple passant. Mais face à une mère à bout, sa tentative échoue ; il lui est importun. Arthur revient donc à sa première idée et va voler des blouses et du matériel à l’hôpital. Puis il demande de l’aide à Paul qui, par amitié, accepte ; celui-ci lui fournit une ambulance du garage de son père et l’accompagne dans son aventure. Tous les deux se rendent à l’hôpital pour enlever le corps, mais lors de l’enlèvement, une infirmière survient et, pensant avoir affaire à de vrais médecins, leur demande de l’aide. Avec les conseils de Lauren – qui rappelons-le était interne en médecine –, Arthur règle le problème et sauve le patient avant de partir avec Paul et le corps.

Mais une fois arrivés à destination, la porte du garage d’Arthur refuse de s’ouvrir. Les deux amis se retrouvent donc dans une ambulance avec un corps « à l’heure où tous les voisins vont aller faire pisser leur chien ». Arthur pense que l’incident est dû à la pile de sa télécommande et monte en chercher une nouvelle chez lui en demandant à Paul de faire des tours dans le quartier en attendant. L’ambulance se fait arrêter par la police ; Paul prétend alors qu’il fait un dernier tour avec « Daisy », son véhicule, en attendant son collègue, avant de l’emmener au garage. La police le laisse continuer sa route.

Le garage finit par s’ouvrir, et le corps de Lauren est transféré dans la voiture d’Arthur, ainsi que des affaires pour un séjour à Carmel prévu dans le plan d’Arthur. Paul ramène ensuite l’ambulance au garage de son père, sans se rendre compte que la police qui l’a interpelé, l’ayant revu, s’est décidée à le suivre pour vérifier sa destination, avant de reprendre sa ronde habituelle.

Arthur repasse le chercher plus tard, et tous deux se rendent à Carmel, dans la maison où Arthur a grandi. On en apprend alors plus sur l’enfance du héros : sa mère est décédée quand il était jeune et c’est la première fois qu’il retourne dans cette maison. Là, il ouvre une lettre qui lui était adressée alors que Paul de son côté retourne à San Francisco. Lauren surprend Arthur en train de pleurer en lisant des lettres de sa mère, et, touchée, apprend son passé.

Mais la disparition du corps à l’hôpital n’est pas passé inaperçue et avec le témoignage de la mère de Lauren et de la police qui avait vu l’ambulance, les autorités retrouvent rapidement la trace du héros. Arthur a donc affaire à l’inspecteur Pilguez qui débarque chez lui. Il se décide à lui dire la vérité et, à sa grande surprise, l’inspecteur le croit et accepte de ramener le corps à l’hôpital tout en s’engageant à ce que l’euthanasie ne soit pas pratiquée.

Trois mois plus tard, cependant, Lauren sent qu’elle est en train de partir et disparaît. Arthur a du mal à s’en remettre, ne répond plus aux appels téléphoniques, s’isole tout à fait. Paul parvient néanmoins à lui signaler que la mère de Lauren souhaite lui parler. Arthur la rencontre et apprend d’elle que Lauren est sortie du coma mais se trouve encore incapable de parler. Le héros décide alors de venir lui rendre visite tous les jours ; il alterne les gardes avec sa mère, lui raconte tout ce qui se passe dehors.

Mais lorsque Lauren reprend l’usage de la parole, elle lui indique ne plus se rappeler de lui. Le récit se termine alors par le début d’un monologue d’Arthur, qui s’apprête à lui raconter tout ce qui s’est passé en lui annonçant d’emblée que son histoire est très difficile à croire.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Résumé >