Et si c'était vrai

par

Arthur

Architecte, Arthur passe lui aussi beaucoup de temps au travail avec son associé Paul. Ces deux-là sont inséparables et se connaissent depuis plusieurs années. C'est pour cela que lorsqu'Arthur commence à parler de fantôme et se met à parler seul, Paul l'entraîne de force passer des examens neurologiques : « Arthur, je sais que ça va te paraître dingue, mais je t'emmène vraiment faire un bilan médical ! ».

Car Arthur fait la surprenante rencontre de Lauren, cachée dans le placard de son appartement alors qu'il y habite seul. Alors qu'il prend d'abord la jeune fille pour une personne mentalement dérangée – « Perturbée, vous êtes très perturbée » –, elle finit par le convaincre de la véracité de son histoire. Le jeune homme se met alors en tête de lui venir en aide, et de lui permettre de retrouver sa vie d’antan. Cette complicité va peu à peu muer en une véritable histoire d'amour, inavouée au départ mais flagrante pour le lecteur. La séparation lors du réveil de Lauren est très mal vécue par le jeune homme, très sensible : il s'enferme chez lui, emmuré dans sa douleur, pleurant sans cesse, refusant tout appel… Mais la présence de son meilleur ami l'obligera à sortir de sa léthargie et par la même occasion, il apprend que celle qu'il aime n'est pas morte mais simplement sortie du coma. Une nouvelle histoire s'offre alors à eux, toute nouvelle, car Lauren ne garde aucun souvenir de leur aventure. 

Inscrivez-vous pour continuer à lire Arthur >

Dissertation à propos de Et si c'était vrai