Feuilles de route

par

Le départ de la France, le voyage en bateau

Cendrars, grand voyageur physique mais aussi spirituel, dans l'ensemble de son œuvre puise une bonne part de son inspiration dans le voyage, dans l'aventure et dans la découverte du monde. D'ailleurs, de nombreux poèmes de l'auteur resteront célèbres, comme par exemple La Prose du Transsibérien et de la petite Jeanne de France. Le poète puise donc la matière dans son expérience de la découverte du monde pour écrire de la poésie, que cette expérience soit réelle, physique, vécue ou bien fictive et imaginée. Ces voyages lui sont également utiles lorsqu'il écrit de la prose, des romans, étant donné qu'après ce recueil paru en 1924 en France, Cendrars abandonne la poésie pour se consacrer à des œuvres romanesques.

Dans ce recueil, Cendrars sépare ses poèmes et les classe dans plusieurs tomes, plusieurs parties, ayant chacune un thème particulier. Cela lui permet d'écrire comme s'il tenait un journal de bord d'un voyageur parti à l'aventure, qui quitte la France en embarquant du port du Havre, le 12 février 1924.

En effet, Cendrars part sur un paquebot de voyage nommé le Formose, qui était un paquebot mixte de la Compagnie des Chargeurs Réunis à destination d'un nouveau continent (inconnu pour le poète), l'Amérique du sud, il traverse ainsi l'océan atlantique et ce périple marquera le poète. « Le Formose » est donc le groupe de poèmes qui constitue un récit, poétique, du voyage sur le bateau éponyme, et entame donc le récit de cette aventure à bord du navire.

Trois poèmes précédent le départ de Cendrars pour l'océan, qui sont Réveil, Tu es plus belle que le ciel et la mer et...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Le départ de la France, le voyage en bateau >

Dissertation à propos de Feuilles de route