Gatsby le magnifique

par

F. Scott Gitzgerald

Francis Scott Fitzgerald est un écrivain américain né en 1896 à Saint Paul, la capitale du Minnesota. Sa famille, catholique, qui appartient à la classe moyenne, est dominée par la mère, dont le père avait réussi dans les affaires et offrait un modèle de réussite qui marquera le futur écrivain, tandis que son père à lui était un modeste commis-voyageur, dont Fitzgerald parlera comme d’un raté. C'est donc de sa mère que lui viendra l’envie de réussir dans « le monde ». La famille vit une décennie à Buffalo (État de New York) pendant l’enfance du garçon qui étudie dans des écoles catholiques. Il manifeste très tôt un grand intérêt pour la littérature et a des lectures variées. Alors que la famille est retournée dans le Minnesota et qu’il étudie dans une école privée, dès treize ans il publie une enquête policière dans le journal de son établissement. À quinze ans il est envoyé à la Newman School, un prestigieux lycée privé à Hackensack, dans le New Jersey, où il intègre l’équipe de football américain. Ce ne sera pas le cas à Princeton, université qu’il rejoint deux ans plus tard grâce à l’héritage dont bénéficie sa mère. La vexation côté sportif trouve une compensation dans son investissement côté art. Il écrit ainsi des livrets de comédies musicales pour le Princeton Triangle Club, consacré au genre, espérant obtenir un poste au sein de la hiérarchie qui gouvernait l’université, ce que ses notes insuffisantes lui interdisent. Le jeune homme fréquente aussi une riche héritière mais à nouveau connaît l’échec sur le plan amoureux. Il se plonge donc toujours davantage dans la littérature et publie des poèmes et des nouvelles dans une revue dirigée par le futur homme de lettres Edmund Wilson (1895-1972) rencontré à Princeton et avec lequel il s’est lié, tout comme le poète John Peale Bishop (1892-1944). Délaissant tout à fait ses études et quittant Princeton sans diplôme, il entre dans l’armée en 1917 alors que les États-Unis entrent en guerre.

Alors qu’il pense qu’il va sans doute mourir en Europe, il écrit en quelques semaines un roman, The Romantic Egotist, qu’il reprendra plus tard. Il est envoyé en tant que sous-lieutenant dans l’infanterie à Montgomery en Alabama. Au country club local, il rencontre Zelda Sayre (1900-1948), une jeune fille de dix-huit ans qui se distingue par sa forte personnalité et va devenir une muse, un modèle fantasque des femmes émancipées des œuvres à venir de Fitzgerald, aussi bien qu’un poids jusqu'à la fin des jours de l’écrivain. Alors que la guerre s’achève en 1918 et que les rêves de gloire militaire de Fitzgerald s’éteignent, il part tenter l’aventure à New York dans le milieu de la publicité, espérant prouver à Zelda qu’il pourra subvenir à ses besoins, la jeune femme ayant rompu leurs fiançailles. Il travaille un temps dans l’agence de publicité de Barron Collier en même temps qu’il tente de faire publier ses manuscrits dont des contes. Il retournera finalement chez ses parents pour y réécrire The Romantic Egoist, roman semi-autobiographique qui évoque ses années à Princeton. Les finances du jeune écrivain sont si mauvaises qu’il travaille un temps à réparer des voitures. Scribner’s accepte finalement le roman, devenu...

Inscrivez-vous pour continuer à lire  >

Dissertation à propos de Gatsby le magnifique