Horace

par

Camille

C’est la sœur d’Horace et l’amante de Curiace. Malgré le fait que le combat soit proche et que l’un de ses hommes doit mourir, elle refuse de voir la vérité en face et espère naïvement qu’Horace et Curiace survivront. C’est ainsi qu’elle motive Curiace : « Je t’encouragerais, au lieu de te distraire ; Et je te traiterais comme j’ai fait mon frère ». Elle essaie même de le convaincre de ne pas aller au combat, en l’encourageant à laisser un autre chevalier Albain, sauver l’honneur de son pays. Mais Curiace s’obstine à cause de la responsabilité qu’il a envers son pays et essaie de faire comprendre à Camille la nécessite de ses actions : il appartient à Albe, et doit avant tout défendre sa patrie : « Avant que d’être à vous, je suis à mon pays ».

Aussi, on note la relation entre Camille et Sabine. Les deux s’appellent « sœurs », montrant ainsi leur unité et fraternité. En effet, leurs familles sont unies par les liens du mariage et l’amour qui les entrecroise : Camille est amoureuse du frère de Sabine et Sabine est mariée au frère de Camille. Ceci serait le parfait amour dans un monde normal, mais pas dans le contexte de la guerre entre les Horace et les Curiace. La question ici serait donc de savoir : quel sentiment prédominerait sur l’autre ? L’amour entre les deux familles serait-il assez fort pour maintenir l’unité qui sera éprouvée par la guerre ; qui elle-même est la conséquence de la haine entre les deux camps ? Ce dilemme rend donc l’intrigue de cette pièce beaucoup plus intéressante.

De plus, les deux belles sœurs se querellent car chacune croit qu’elle est plus à craindre que l’autre : Sabine pense que sa situation est plus déplorable, car...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Camille >

Dissertation à propos de Horace