Horace

par

Curiace

C’est l’adversaire d’Horace dans le duel Romains contre Albains. Horace et lui partagent une relation encore plus significative : ils sont beaux-frères. En effet, Curiace est le frère de Sabine, épouse d’Horace mais également l’amant de Camille, sœur d’Horace. Ainsi avant d’être ennemis, les deux chevaliers sont de la même famille. Cette double connexion rend donc l’idée de leur affrontement plus inconcevable et plus difficile à accepter, spécialement pour Curiace : « Nous ne sommes qu’un sang et qu’un peuple en deux villes: Pourquoi nous déchirer par des guerres civiles… ? »

Curiace ne craint pas seulement pour sa famille, mais également pour son peuple. Ceci est dû au fait qu’il porte une estime incomparable à Horace et il le connait comme un digne et vaillant soldat. C’est donc là la source de son angoisse : « je tremble pour Albe et prévois son malheur: Puisque vous combattez, sa perte est assurée… » De plus, Curiace se sent encore plus fragilisé à cause de son amour pour Camille. Il est horrifié par la tournure que prend le destin, car à la fin de ce combat, Camille perdra soit son amant, soit son frère : Mon cœur s’en effarouche, et j’en frémis d’horreur ». Aussi, en tant qu’homme et en tant que chevalier, il démontre un caractère plus « humain » contrairement à Horace. Il pense en fait que son amour pour Camille l’empêcherait de donner la mort au frère de celle-ci (contrairement à Horace qui fait passer son devoir envers sa patrie devant son amour pour Sabine). Puisque Curiace se sent affaibli par ses sentiments pour Camille, il décide d’y remédier et ordonne à Camille de cesser de l’aimer : « Plus je suis votre amant, moins je suis...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Curiace >

Dissertation à propos de Horace