Jane Eyre

par

La classe sociale

La société britannique du XIXe siècle se partage en différentes strates sociales ; il est d’ordinaire très difficile d’y évoluer. Une personne née dans une des couches de la société sera généralement vouée à y rester, que ce soit dans le sens ascendant ou descendant, sans quoi les bonnes mœurs risqueraient d’être choquées. Jane Eyre tient le rôle difficile de l’entre-deux-classes, à la fois en tant qu’orpheline de Gateshead, et gouvernante à Thornfield : elle fréquente les personnes à la fois des milieux aisés et des couches plus basses de la société. Cette multiplicité des rencontres permet à l’auteure de créer une large palette de personnages, qui ne se limitent pas à une unique classe sociale.

L’effet sur l’histoire d’une société très hiérarchisée est particulièrement frappant quand on considère la relation entre Jane Eyre et Rochester : étant loin d’appartenir à la même classe sociale, les deux amants doivent assumer leur histoire en payant au prix fort les préjugés et les médisances. Jane doit reconnaître et faire valoir ses droits de femme dans une société dont les modèles coutumiers sont fortement ancrés dans les esprits. Sa tâche est de convaincre le monde qu’elle a droit au respect, et qu’elle est suffisamment digne d’estime pour aimer l’homme qu’elle souhaite aimer, sans que personne n’ait à y redire.

Cependant, elle-même semble persuadée du caractère impossible de leur histoire, du fait de la différence de classe sociale. Lorsqu’au...

Inscrivez-vous pour continuer à lire La classe sociale >

Dissertation à propos de Jane Eyre