Jane Eyre

par

L’importance de la religion

La religion et la spiritualité ont unrôle majeur dans le développement et l’évolution des personnages du roman. Toutd’abord, Jane gagne en maturité grâce aux enseignements religieux qu’ellereçoit, ainsi qu’à travers sa résistance à la tentation. D’abord, elle découvrele Nouveau Testament, par l’intermédiaire d’Helen Burns. L’ouvrage deviendrad’ailleurs un directeur de conscience, un chemin spirituel à suivre pour Jane. Helenlui montre comment en appliquer les enseignements dans sa vie quotidienne alorsque Jane vient de subir une punition de Mrs Temple et n’arrive pas à accepterle châtiment qu’elle considère injustifié.

« – Lisez le NouveauTestament ; écoutez ce que dit le Christ, et voyez ce qu’il fait :que sa parole devienne votre règle, et sa conduite votre exemple. – Et quedit-il ? – Il dit : “Aimez vos ennemis ; bénissez ceux qui vousmaudissent, et faites du bien à ceux qui vous haïssent et vous traitent avecmépris.” » En écoutant Helen, Jane découvre unenouvelle capacité à pardonner et à accepter le défaut chez l’autre, carelle-même n’en est pas exempte. Elle apprend alors l’humilité et prend à cœurl’enseignement de celle-ci : « Lavie me semble trop courte pour la passer à nourrir la haine ou à inscrire lestorts des autres ; ne sommes-nous pas tous chargés de fautes en cemonde ? » lui demande Helen, lui faisant comprendre par sonquestionnement que Jane elle-même peut éprouver les mêmes passions qu’elle reprocheà Mrs Temple.

Puis l’auteure montre tout au long del’œuvre quels aspects la religion peut prendre selon les personnes qui lapratiquent : l’apparence d’une croyance au Salut divin, qu’on retrouvechez Helen ; d’une dévotion morale chez Jane qui, à mesure que sa foiprend de l’ampleur, voudrait voir grandir le sens de l’humilité et de la moralede Rochester. La religion implique aussi des modes de vie plus radicaux, notammentchez Eliza Red que l’on voit devenir nonne, ainsi que chez Saint John Riversqui, lui, prêche une version sombre de la foi calviniste. Le personnage de Janeincarne le contrôle et la domination de soi-même équilibrée à la foi : eneffet, elle est religieuse et croit en Dieu, mais sans pour autant laisser cetamour guider ses autres passions terrestres et ainsi, altérer sa liberté.

Jane Eyre, dans le roman, illustre doncune façon d’équilibrer foi et passion. Le livre est construit sur un équilibre continuelentre l’envie de suivre ses instincts premiers, son goût de l’indépendance, et unesoumission certaine qu’implique la religion. Elle est proposée comme antithèse àd’autres personnages comme Eliza, Rochester ou encore Saint John qui, eux, sontfigés dans un extrême glacé ou passionné. Jane est l’équilibre, le lien qui permetla fusion de ces deux extrêmes et apporte l’harmonie. En effet, elle nousmontre que le tempérament d’une personne peut être altéré par la passion sanspour autant qu’elle se perde, tandis que trop de restriction mène à unealiénation de soi.

L’auteure assimile de plus cetteimportance de la religion à une autre dimension mystique, presque paranormale.Cependant, elle apporte toujours une raison rationnelle aux évènements qui seproduisent : par exemple, avec l’apparition du fantôme de Mr Reed aumanoir, le lecteur peut sentir toute la tension et l’angoisse de Jane face à celieu habité par Bertha, présentée comme le « démon de Thornfield ». Cerecours au paranormal, qui peut s’associer à une forme de religion dénaturée,est utilisé par l’auteure pour sonder la personnalité de ses personnages etmettre à jour leurs peurs les plus secrètes, celles de Jane en particulier.L’épisode où Jane et Rochester entre en communication par télépathie est lepoint culminant de cette utilisation du fantastique, et peut-être sonoccurrence la plus importante : pour Jane, ce lien qui vient de se créern’est pas l’œuvre d’une quelconque force paranormale, mais une manifestation supplémentairede sa foi et de sa fidélité.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur L’importance de la religion >