L’affaire Caïus

par

La duplicité dans l’œuvre

Si Rufus n’était pas coupable de ce qui avait été écrit sur le temple de Minerve, qui en était alors ? C’est à cette question que ses braves camarades sont parvenus à trouver une réponse lors d’une quête qui ressemble fort à une enquête policière. Ils ont démasqué Tellus, un homme fortuné doté d’une grande influence. Si l’on peut à juste titre se questionner sur les motifs d’un tel acte, notamment chez une personne de ce rang social, la plus grande surprise reste à venir. En effet, Tellus a une double identité, et c’est précisément sous le couvert de la seconde qu’il a eu vent de l’affaire, lui qui en fait n’est autre que Lukos, le sombre astrologue logé en face de l’école. L’on en déduit donc que c’est de cette position qu’il a eu vent de la farce de Rufus et a décidé de s’en servir contre lui. Dans le roman, Lukos est décrit d’une manière pour le moins sinistre « Lukos était installé à une grande table, tournant le dos à la cheminée, et il observait silencieusement ses jeunes visiteurs. Le devin était horrible à voir. La partie supérieure de son visage était fardée en blanc, la partie inférieure en noir ; et cela donnait l’impression qu’il n’avait ni menton, ni cou ». Comme c’est généralement le cas pour les méchants dans les romans pour la jeunesse, il finira mal. Certainement une manière pour l’auteur de rendre justice à Rufus qui avait été accusé injustement.

Inscrivez-vous pour continuer à lire La duplicité dans l’œuvre >

Dissertation à propos de L’affaire Caïus