L'Amant

par

La dimension initiatique de L’Amant

On ne peut considérer L’Amant comme le simple récit des premiers émois amoureux d’une jeune fille sans évoquer et même s’attarder sur tout l’aspect initiatique qui se dégage de cette relation. En effet, il est nécessaire de se souvenir que si la narratrice n’a alors que quinze ans lorsque l’action se déroule, fréquente encore le lycée français de Saïgon et n’a encore jamais eu d’aventure avec un homme, les évènements sont narrés de longues années plus tard par l’auteure, alors âgée de soixante-dix ans. Ces premiers émois sont donc évoqués avec les mots d’une femme qui a mûri et connu de nombreuses fois les expériences de la vie, avec un recul et une tempérance que seul l’âge permet. Ce recul permet d’adjoindre aux faits une compréhension, une précision impudique et une lumière qui ne seraient sans doute pas présents dans la bouche d’une jeune fille de quinze ans. Le parcours initiatique peut ainsi s’affirmer pleinement littérairement et prendre tout son sens.

Il est de nombreuses sociétés dans lesquelles les jeunes gens doivent passer par une étape d’initiation avant d’être considérés comme des adultes à part entière. Celle-ci est souvent constituée d’épreuves à accomplir, de rites à célébrer, la plupart du temps portant leur lot de souffrance. Dans certaines civilisations africaines, chez les Masaï par exemple, le jeune garçon prétendant au titre d’homme est laissé seul dans la nature avec pour mission de retrouver son chemin et d’échapper aux fauves. Une fois cette étape accomplie, après la cérémonie de la circoncision, il doit...

Inscrivez-vous pour continuer à lire La dimension initiatique de L’Amant >

Dissertation à propos de L'Amant