L'élégance du hérisson

par

Une fin décalée

Alors que l’on s’attend à ce que les personnages principaux continuent à entretenir leur amitié plus ou moins en secret, et que Renée et M. Ozu aillent peut-être un peu plus loin dans leur amitié, la fin est tout autre : Renée, tel le hérisson imprudent et innocent qui traverse la route, se fera renverser par une voiture de pressing, comme Roland Barthes également. Fin grotesque, « fin de concierge », bête et méchante. Il y a là encore un décalage avec ce qu’était Renée à l’intérieur, et le lecteur bien sûr regrette cette fin, mais se dit qu’elle aura tout de même eu le temps de partager ses idées et ses passions – et par là elle résonne comme un carpe diem, une invitation à faire confiance à l’autre et à s’ouvrir à lui, tant qu’il est encore temps.

Inscrivez-vous pour continuer à lire Une fin décalée >

Dissertation à propos de L'élégance du hérisson