L’énergie spirituelle

par

La joie

Mais quelle est donc cette joie qui fascine tant Bergson ? S’agit-il d’une simple émotion qui dispose l’être humain, le rend plus enclin à faire certaines choses ? S’agit-il de l’aboutissement du plaisir ? Quel est le contenu de la conception bergsonienne de la joie ? Face à cette préoccupation, Bergson commence par souligner : « Je dis la joie, je ne dis pas le plaisir. Le plaisir n'est qu'un artifice imaginé par la nature pour obtenir de l'être vivant la conservation de la vie ; il n'indique pas la direction où la vie est lancée » (p.18). Il établit ainsi la différence entre les concepts de joie et de plaisir. Selon l’auteur, le plaisir se limite au niveau des sens. Il est de courte durée, éphémère, sporadique, comparé à la joie qui, elle, est spirituelle. Elle dépasse le cadre du sensible pour se loger dans l’intelligible tandis que le plaisir ne dépasse pas le cadre de notre psychisme. Le plaisir se limite à la satisfaction que l’on peut éprouver à la vue ou dans la réalisation d’une action. En différenciant ces deux notions, Bergson nous montre le rôle prépondérant de la joie, entendu comme mouvement de création, d’innovation dans l’espace de la vie et du temps. Cette joie, parce qu’elle permet de remodeler la nature, est sans cesse en mutation, elle est dynamique. Ce qui revient à dire que la destinée de l’homme est de façonner la nature (le monde) tout au long de son existence par ses créations. C’est par ces créations que l’être humain s’éternise, qu’il donne un sens à son existence et que cette dernière prend forme. Et c’est parce que d’autres avant nous ont pensé, que la vie a un sens à nos yeux et c’est à notre tour de poursuivre la dynamique qui...

Inscrivez-vous pour continuer à lire La joie >

Dissertation à propos de L’énergie spirituelle