L’énergie spirituelle

par

Le rêve

De manière générale, le rêve est une production psychique survenant pendant le sommeil, et pouvant être partiellement mémorisée. Ici, Bergson s’interroge sur la nature du rêve. Il cherche à comprendre les mécanismes qui régissent notre conscience durant le sommeil. Comment peut-on expliquer le fait que, durant le sommeil, la conscience semble être toujours en activité alors que de prime abord, on est inconscient ? Il analyse le paradoxe selon lequel : « Je m’écoute parler et j’entends qu’on me répond ; pourtant je suis seul et je ne dis rien » (p.49). Il semble donc que nos sens restent en éveil même pendant notre sommeil. Bergson prend l’exemple de la vue : « Les paupières ont beau être closes, l'œil distingue encore la lumière de l'ombre et reconnaît même, jusqu'à un certain point, la nature de la lumière. » (p.50). Selon lui, les sensations seraient à l’origine du rêve. Par exemple, bien que nous soyons endormis, nos oreilles peuvent toujours percevoir des sons. Ces sons, par accident, nous renvoient à une certaine réalité. Cette réalité, notre conscience cherche à l’analyser, à la décrypter alors que nous sommes endormis. C’est donc cette tentative d’analyse de la conscience qui serait à l’origine du rêve, car elle nous donne l’impression d’être dans une réalité parallèle. Par conséquent, il estime que durant le sommeil, nos sens sont ouverts aux perceptions extérieures. Ces perceptions selon lui ne sont pas objectives. Il explique que ces perceptions durant notre état d’éveil « passaient inaperçues » (p.53). Pendant le sommeil, qui est une réalité propre à chaque organisme humain, ces mêmes perceptions entrent en action. Seulement, l’auteur ne semble pas être convaincu par le fait que ces impressions puissent constituer la source des rêves. Il souligne à cet effet : « Remarquons, d’abord que le rêve ne crée généralement rien » (p.53). Il réfute la thèse selon laquelle certains chefs-d’œuvre artistiques ont pris naissance dans le rêve. Selon lui, pendant que nous dormons, l’esprit qui travaillait durant l’éveil, continue de le faire quand nous sommes endormis. Ce qui l’amène à conclure que : « c’est [le rêve] un passé que nous pouvons ne pas reconnaître. Souvent il s'agit d'un détail oublié, d'un souvenir qui paraissait aboli et qui se dissimulait en réalité dans les profondeurs de la mémoire ». Par conséquent, il distingue deux types de mémoires. Les premières sont celles qui viennent se greffer à notre occupation actuelle, se manifestent à travers elle et nous permettent de réaliser les actions dictées par notre conscience. Tandis que le second type de mémoires, bien qu’existantes, ne font pas partie de la conscience. Elles sont plongées dans un état de sommeil et c’est la raison pour laquelle, elles cherchent à se manifester durant celui-ci, c’est-à-dire lorsque notre conscience cesse apparemment de fonctionner.

Nous pouvons dire que cet ouvrage est très enrichissant. Henri Bergson y effectue une analyse poussée des tréfonds de l’âme humaine. Sa conception du but de la vie, de la conscience, de la joie ou encore du rêve sont autant d’enseignements qui éveillent notre curiosité et nous poussent à évoluer dans notre démarche philosophique.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Le rêve >