L’enfant et la rivière

par

La nature

A) Omniprésence de la nature

Lire « L’Enfant et la Rivière » d’Henri Bosco, c’est partir à l’exploration de la nature. Si vous aimez le contact avec la nature, alors ce livre va faire votre bonheur car il respire la nature. Chaque page nous envahit avec ses parfums exotiques qui se dégagent de la campagne provençale, de la forêt et des bois, des arbres, … Ce roman éveille les sens du lecteur par la force de la nature. A travers sa lecture, le lecteur peut sentir l’odeur des arbres. Mais il peut écouter le bruit de la rivière qui coule non loin de la maison. On peut ressentir la douceur de l’herbe et l’on désirerait posséder mille yeux pour pouvoir contempler jours et nuit le paysage magnifique si agréablement décrit par l’écrivain.

La nature est généreuse car elle partage avec nous ses qualités et bienfaits dont nous avons besoin pour grandir et avancer dans la vie. Elle nous laisse l’explorer, la décortiquer comme le fait si bien Gatzo en nous faisant découvrir la pêche ou le coassement de la grenouille, entre autre.

B) La puissance de la rivière

« Mais, au-delà, coulait une rivière ».

La nature, en particulier le thème de la rivière, est un thème central dans le roman car toute l’histoire tourne autour de cette rivière. La rivière est décrite de manière harmonieuse avec le reste de la nature. Elle semble s’y plaire. Elle est à la fois belle et imposante. Elle contient des richesses et des mystères. « À la rivière mon enfant, lui dit sa mère, il y a des trous morts où l'on se noie, des serpents parmi les roseaux et des...

Inscrivez-vous pour continuer à lire La nature >

Dissertation à propos de L’enfant et la rivière