La cantatrice chauve

par

Un langage déstructuré

Dans « La cantatrice chauve », l'auteur a entièrement déstructuré ses dialogues. En effet, ceux-ci sont sans logique : des détails insignifiants et inappropriés sont donnés, ce qui déstabilise le lecteur qui ne comprend pas la portée ou l'intérêt de telles paroles, il n'y a pas vraiment d'éléments permettant de distinguer clairement l'expéditeur et le destinataire ; lorsque Mme. Smith parle à voix-haute dans son salon pour énoncer le repas qu'ils viennent de faire, on ne sait pas si elle s'adresse à son mari, au public ou à elle-même. Il y a également des paroles lancées sans raison qui n'ont aucun sens et auxquelles tout le monde semble répondre, ou bien les discussions entre le couple Smith, où les éléments donnés ne sont finalement que des mots sans qu'ils aient une valeur informative puisque les informations données sont mélangées, changées, réinterprétées comme bon leur semble, sans que cela ait un impact quelconque sur leur dialogue. Le langage de Ionesco tranche avec toutes les valeurs que nous connaissons quant aux manières de créer un échange verbal. Le dialogue est correctement ponctué, les phrases comportent bien un sujet, un verbe et un complément mais elles ne sont pas porteuses de sens : il n'y a pas de logique entre les mots, ils semblent avoir été mis bout à bout sans raison particulière, personne n'écoute vraiment l'autre, les opinions énoncées changent en fonction des événements, etc. Les éléments concrets et évidents que nous connaissons sont ici balayés.

L'auteur nous présente donc des scènes où les informations sont incomplètes et à partir desquelles on peut difficilement tirer quelque chose. Les scènes,...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Un langage déstructuré >

Dissertation à propos de La cantatrice chauve