La cantatrice chauve

par

Une parodie de pièce

On ne peut pas à proprement parler, dire que l’œuvre qui nous est présentée est une pièce : cela en est plutôt une parodie grossière. Une pièce dite « classique » de théâtre, respecte des règles établies depuis bien longtemps. Une pièce de théâtre se doit d'avoir une histoire compréhensible, avec une morale à la fin et où le spectateur peut s'identifier et se « purger ». Le théâtre sert de mise en abîme : il permet de se retrouver face à soi-même et d'être capable de se moquer de ses propres défauts. Il peut également permettre de mettre en avant les prouesses de personnages valeureux. Les pièces de théâtre ont toujours une portée intellectuelle que le spectateur doit pouvoir saisir. Or ici, même si l'auteur se veut moraliste et apporte à son œuvre une portée philosophique et une réflexion sur le sens de la vie, cette morale est engluée dans l'aspect insensé et absurde de sa pièce. Il est difficile dans l’œuvre de Ionesco de trouver la véritable volonté de l'auteur, de voir ce sur quoi il souhaite nous ouvrir les yeux. Il faut être capable d'une immense capacité de recul et de réflexion pour saisir toute la portée du message donné.

Par ailleurs, une pièce classique possède des notions de temps et de locuteurs définis, qu'on ne retrouve pas dans ces scènes : l'heure est ici aléatoire puisque l'horloge ne fonctionne pas, les personnages parlent à tort et à travers dans la pièce principale, sans attendre de réponses ni s'en s'adresser à un locuteur en particulier.

Il faut cependant noter que si cela est une parodie de pièce, cela n'en reste pas moins une pièce : Il existe tout de même une...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Une parodie de pièce >

Dissertation à propos de La cantatrice chauve