La Fille du capitaine

par

L’amour

La fille du Capitaine est avant toute chose un roman d’amour. C’estl’histoire d’un homme et d’une femme, épris l’un de l’autre et qui surmontentensemble les obstacles qui se dressent sur leur chemin. La relation entre Piotret Marie ne se construit pas de façon subite, elle granditprogressivement : « Nous fîmesplus ample connaissance. Je trouvai en elle une fille pleine de cœur et deraison. »

         L’amour dicte sa conduiteau personnage de Piotr. Il n’hésite pas à braver les routes pleines de voleursou à accepter l’aide de Pougatcheff, au risque d’être considéré comme un traîtreà l’Empire, dans le but de sauver sa fiancée. Lorsqu’il est arrêté et présentéen jugement, il place encore les intérêts de Marie avant les siens. Il ne lanomme pas, de peur qu’on la fasse comparaître, alors que révéler l’implicationde la jeune femme dans l’affaire aurait pu suffire à le faire disculper. Toutau long des interrogatoires, il craint que le nom de la fille du commandant ne soitprononcé, plus qu’il ne craint les conséquences d’un jugement injuste contre sapersonne.

« J’allais continuercomme j’avais commencé et révéler ma liaison avec Marie aussi franchement quetout le reste. Mais je ressentis soudain un dégoût invincible à faire une telledéclaration. Il me vint à l’esprit que, si je la nommais, la commission laferait comparaître ; et l’idée d’exposer son nom à tous les propos scandaleuxdes scélérats interrogés, et de la mettre elle-même en leur présence, cettehorrible idée me frappa tellement que je me troublai, balbutiai et finis par metaire. »

Marie éprouve pour le jeune homme le même amour. Elle résiste auxavances insistantes de Chvabrine lorsqu’il tente de l’épouser de force. Oncomprend mieux la portée de cette résolution en prenant en compte le fait quepour cette jeune orpheline dépourvue de toute dot, ce mariage serait uneaubaine. Lorsque Piotr est accusé de trahison, et que la justice l’accable, elleentreprend le trajet jusqu’à Saint-Pétersbourg, avec pour toute richesse unprojet désespéré, pour faire gracier l’homme qu’elle aime. Elle se présenteauprès de l’Impératrice, et la supplie d’accorder son pardon à Piotr. Elleplace ainsi les intérêts de son amoureux avant les siens. Et la conclusion duroman, qui la voit recevoir de l’Impératrice une promesse de prospérité future,semble indiquer que l’amour de la jeune femme a suffi à triompher de tout.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur L’amour >