La jalousie

par

Un œil subjectif

Si au premier abord la description paraissait objective comme les premières pages du roman le laissaient entendre, nous allons voir à mesure de notre étude que la description n’est pas si neutre qu’il n’y paraît.

 

1. Une description plus subjective qu’il n’y paraît

 

Robbe-Grillet, auteur qui refuse la « vie intérieure » des personnages balzaciens, nous donne pourtant à voir le monde à travers le regard d’un seul personnage-narrateur, ce qui déjà est un indice évident de partialité. Le leurre commence donc ici, dans la tentative de limiter au maximum la subjectivité de ce regard tout en n’offrant au lecteur que ce seul regard. Car tout le point de vue est en vérité soumis à la position d’un « je » à partir duquel s’ordonnent l’espace et le temps de façon entièrement déictique :

– Temps déictique du maintenant : cet adverbe qui ouvre bon nombre des chapitres est le prototype de l’adverbe déictique temporel (c'est-à-dire qu’il renvoie à la situation d’énonciation du narrateur, il ne renvoie pas à un référent transparent et universel). De plus, le présent utilisé dans la description n’est pas comme dans la...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Un œil subjectif >

Dissertation à propos de La jalousie