La jalousie

par

Un récit- description

Rappel : Le roman traditionnel balzacien repose sur un récit narratif s’appuyant sur une intrigue et des personnages montrés par le biais de leur psychologie – caractéristiques considérées par Robbe-Grillet comme celles d’un modèle discursif « bourgeois ». Notre auteur choisit donc de rompre toutes ces conventions et de partir à la recherche d’une nouvelle forme de discours plus adaptée à la société moderne (rejet de l’individualisme, suivant une approche phénoménologique et formaliste). C’est donc par une inflation d’images, de descriptions, et par une déperdition du récit et des événements que s’instaure ce roman à la forme renouvelée.

 

1. Une envahissante description du visible : la trame descriptive remplace-t-elle la trame narrative ?

 

 Nous pouvons noter, dès l’ouverture du roman, une omniprésence du visuel. Le premier paragraphe commence par une description détaillée (presque scientifique, nous y reviendrons) de la terrasse de la maison. Ce n’est pas là l’originalité de l’incipit, une présentation des lieux y est courante (Le Père Goriot de Balzac s’ouvre sur la description de la pension), mais c’est dans le type de description que se trouve sa particularité. La forte présence du verbe être conjugué au présent et des adjectifs (« large »,...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Un récit- description >

Dissertation à propos de La jalousie