La ronde de nuit

par

Des identités multiples

En abordant la sphère de la trahison dans cet ouvrage, c’est avant tout les diverses forces en présence durant la période de l’occupation que l’auteur essaye de présenter. Il s’agit d’une part de la Gestapo française, et d’autre part des réseaux de résistance. Par un concours de circonstances, le narrateur se retrouvera pris dans une série d’aventures pour le moins étranges, lesquelles le conduiront à fréquenter la Gestapo et découvrir l’univers du Khédive « Les autres sont déjà installés aux tables lorsque nous entrons, le Khédive, Philibert et moi. Ils se pressent autour de nous. C'est à qui nous serrera la main le premier. Ils nous agrippent, nous étreignent, nous secouent. Quelques-uns nous couvrent le visage de baisers, d'autres nous caressent la nuque, d'autres nous tirent gentiment les revers de nos vestes ». Il devient dans cet univers Swing troubadour. Mais par la suite, il doit se mettre en contact avec les réseaux de résistance en tant qu’agent infiltré. Une fois avec les résistants, il prend un nom de code : La Princesse de Lamballe. Voilà donc notre narrateur pourvu de deux identités aux desseins complètement antagonistes. A qui sera-t-il fidèle ? Qui décidera-t-il de trahir ? Il s’agit là d’une liste non exhaustive des questions qu’a dû se poser le narrateur et auxquelles, il n’a pas pu trouver des réponses. Ceci amène à aborder la question de l’indécision de ce personnage.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Des identités multiples >