La ronde de nuit

par

Pierre Philibert

Il est avec le Khédive, à la tête de la Gestapo française. En conséquence le narrateur recevra également ses instructions de lui, lesquelles seront identiques à celles du Khédive. Il faut dire que l’univers au sein duquel il évolue cadre à merveille avec son ancienne profession, puisqu’il était inspecteur. Dès lors, envoyer une personne infiltrer le camp ennemi ne peut que sembler naturel. Mais on peut néanmoins noter le paradoxe entre le rôle de l’inspecteur, censé représenter le bien, et l’implication de Philibert aux cotés de «Rastas, avorteurs, chevaliers d’industrie, journalistes véreux, avocats et comptables marrons ». Une preuve de plus du caractère changeant de l’homme en général, et de la faillite morale caractérisant la période de l’occupation en particulier.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Pierre Philibert >