La vie de Galilée

par

Le théâtre brechtien

Bertolt Brecht a choisi le théâtre comme moyen d’expression car, selon lui, la mise en scène est la manière la plus parlante et la plus directe de s’exprimer. La forme théâtrale permet plusieurs niveaux de lecture et donc d’interprétation, d’où la richesse de son œuvre.

Si l’on se concentre sur la forme, « La Vie de Galilée » est une pièce de théâtre composée de quinze scènes, chacune comportant un titre résumant la scène, quelques vers plus ou moins long ainsi qu’une didascalie décrivant l’espace.

Galileo Galilei, professeur de mathématiques à Padoue, veut démontrer le nouveau système du monde, imaginé par Copernic.

Padoue, en l’an seize cent nent.

Du savoir l’immense lumière

D’une pauvre maison jaillit.

Galileo par ses calculs déduit :

Ce n’est pas le soleil qui bouge, c’est la terre.

L’humble cabinet de travail de Galilée à Padoue. Le matin. Un garçonnet, Andréa, fils de la femme de ménage, apporte un verre de lait avec un petit pain (…).

GALILÉE. — Ce que je te disais, l’as-tu compris depuis hier soir ?

ANDRÉA. — Quoi ? L’histoire à Kippernik, avec ses choses qui tournent ?

Ce qui rend cette pièce de théâtre encore plus vivante, ce sont les nombreux personnages et décors mais aussi la musique et la poésie qui y tiennent une place importante. En effet, un grand nombre de personnages se trouvent dans plusieurs régions d’Italie telles que Padoue, Venise, Florence ou Rome, chaque scène débute par des vers poétiques, et une chanson apparait à la scène X.

Quant au contenu de la pièce, le titre nous laisse deviner qu’il s’agit d’une biographie théâtrale. D’autres biographes auraient peut-être opté pour la forme en prose ou en récit dans un roman, par exemple, mais c’est la voie théâtrale que Brecht a voulu mettre en avant. De ce fait, il s’identifie et se sent plus proche de Galilée, le personnage principal. On est d’ailleurs immédiatement imprégné par l’époque de Galilée dont on nous rappelle la période / le temps (de 1600 à 1642) ainsi que les différents lieux mentionnés plus hauts.

Longue de quatre heures, la pièce n’est jouée qu’en 2000.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Le théâtre brechtien >