Le Journal du séducteur

par

Résumé

Søren Kierkegaard est un auteur danois du XIXe siècle dont on se souvient généralement pour ses écrits philosophiques, et en particulier pour ses travaux que l'on considère aujourd'hui comme précurseurs de l'existentialisme. Mais Kierkegaard avait bien d'autres facettes. D'une part, il fut un fervent théologien, défendant la pratique individuelle contre la pratique organisée par l'Église, structure trop cynique qui n'aurait rien à voir avec la foi. D'autre part, et c'est ce qui va plus précisément nous intéresser ici, Kierkegaard a produit des textes littéraires en grande quantité durant toute sa vie. Ces textes sont difficiles à identifier car il les publiait sous des pseudonymes. Le roman intitulé Le Journal du séducteur est un des seuls écrits littéraires que l'on peut sans aucun doute attribuer à la plume de Kierkegaard.

 

            Le narrateur du Journal du séducteur, qui écrit à la première personne du singulier, n'est pas lui-même le séducteur désigné par le titre. Dès les premières lignes du roman, on saisit que ce narrateur-personnage est – ainsi que le lecteur – un spectateur. En effet, le narrateur entreprend dans ces premières lignes de remettre au propre un livre intitulé Commentarus perpetuus n°4, écrit par le séducteur en question, qu’il avait hâtivement copié en l’absence de ce dernier, alors qu’il avait laissé son secrétaire ouvert. Empli de culpabilité mais aussi du plaisir de la curiosité satisfaite, le narrateur étudie le livret. Il est surpris de constater que contrairement à ce qu'indique le titre, le contenu n'est pas celui d'un cahier de notes de lecture, mais plutôt celui d'un journal intime rigoureux. Il admire d'ailleurs la qualité du travail de distanciation et...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Résumé >

Dissertation à propos de Le Journal du séducteur