Le passe-muraille

par

La fin... et les moyens

La nouvelle du Passe-muraille se centre autour du thème de la fin et des moyensdéployés pour l’atteindre. Elle part d’un minuscule détail : le grain de sablequ’introduit le chef de Dutilleul dans la mécanique du quotidien monotone de cedernier – grain de sable qui enraye la fuite irrémédiable du temps et qui prendde l’importance. Tant d’importance que Dutilleul décide d’agir pour sauver lafadeur de son existence.

         Sarécente maladie lui permet d’élaborer une tactique pour se débarrasser de sonchef, dont les moyens apparaissent véritablement disproportionnés. Faisantsombrer son supérieur dans la folie par ses passages à travers les murs,Dutilleul va ensuite confondre la fin avec les moyens : son instrumentmachiavélique va devenir sa raison de vivre, tant il l’a fait se sentir vivant.

         Lanouvelle dépeint ainsi l’inconsistance de l’existence et la confusion del’homme entre les moyens qu’il déploie pour vivre et la fin – la vie même.Dutilleul finit ainsi prisonnier de son désir de vivre – paradoxalementprisonnier d’un mur qui l’empêche d’avancer, de voir son aimée.

Conte philosophique sur le pouvoir et le vouloir,sur la vie et son sens, Le Passe-murailleorchestre une réflexion sur la part d’obscurité qui règne en chacun de nous,sur le « garou-garou » qui sommeille en tout homme.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur La fin... et les moyens >