Le passe-muraille

par

Résumé

À Montmartre vit un homme simple et sansambition, Dutilleul, employé au ministère de l’Enregistrement. Quand il atteintses 43 ans, il se découvre un pouvoir étrange : lors d’une panne d’électricité,il tâtonne dans son appartement et se retrouve sur le palier du troisièmeétage. Son appartement étant fermé de l’intérieur, il essaye de rentrer – commeil en est sorti – en traversant les murs… Ce qu’il réussit. Inquiet, il vavoir son médecin qui trouve la source de son mal – un durcissement de la paroidu corps stéroïde – et lui prescrit des cachets. Mais Dutilleul les range dansun tiroir et ne s’en occupe pas.

         Aubout d’un an, ce fonctionnaire a toujours cette faculté, qu’il n’utilisejamais, peu imaginatif et peu enclin à l’aventure qu’il est. Pourtant, unévénement bouleverse sa tranquille existence : un nouveau sous-chef arrive, ettente de bousculer ses habitudes en imposant une autre formule type d’en-têtedans les lettres administratives. Dutilleul, borné, refuse ; le nouveaufonctionnaire le prend en grippe, et l’isole dans un ancien débarras. Sansbroncher, notre héros accepte cette humiliation mais se surprend à rêver, enlisant les articles de faits divers, que son sous-chef en soit la victime. Unjour, celui-ci vient le voir pour qu’il recommence une lettre, et l’insulte enlui jetant la feuille au visage. Touché dans sa fierté, Dutilleul décide d’utiliserson don pour terroriser son chef. Il passe sa tête à travers les murs devantlui, et répétant son forfait plusieurs fois par jour, il pousse cet homme à lafolie et, quelques semaines après, ce dernier est emmené par une ambulance dansune maison de santé.

         Dutilleulne revient pourtant pas à retrouver sa tranquille existence, un besoin nouveaule tiraille : celui de passer à travers les murs. Cherchant soninspiration dans le journal, il décide de se faire cambrioleur. En quelquesjours, dévalisant sans difficulté les établissements les plus sécurisés, ilatteint une immense renommée sous le pseudonyme de Garou-Garou, alors que lejour, il retourne à ses humbles occupations de fonctionnaire effacé. Enentendant ses collègues louer ses exploits, il ne peut garder le secret pluslongtemps, et tente de le leur avouer. Mais la nouvelle est trop incroyable, etil subit alors de nombreuses moqueries ; sa vie s’assombrit. Ce besoin dereconnaissance l’amène à se faire surprendre par une ronde de nuit, lors d’unlarcin. Mais c’est en réalité moins l’envie de reconnaissance que le désir dese mesurer à des murs plus consistants qui le pousse à se faire attraper !

         Laprison est en effet pour lui un jeu : il ponctue ses séjours de larcins, devisites chez le directeur, et sème dans ces lieux la zizanie pour finir pars’en évader – ayant préalablement prévenu le directeur d’une lettre posée surson bureau. Revenu dans la vie civile, il est pourtant peu soucieux de secacher, et se fait à nouveau arrêter. Il recommence alors son insolent manège,pour finalement être insulté par un directeur à bout de nerf : vexé, il décidede partir, et ne retournera plus en prison. Il mène une vie cachée, transformeson apparence pour ne plus être reconnu, et rêve d’aller traverser lespyramides en Égypte. Seul un être est au courant de sa nouvelle existence, unpeintre de Montmartre qui l’a reconnu.

         Pourtant,la rencontre avec une belle blonde perturbe ses plans, car il en tombeamoureux. Mariée à un homme jaloux qui l’enferme la nuit, elle sembleinaccessible, mais pas à ce passe-muraille qui lui promet un jour qu’il sera danssa chambre au cœur de la nuit. Il tient sa promesse et devient le plus heureuxdes amants. Le lendemain, un énorme mal de tête le saisit, et il prend quelquescachets qu’il trouve dans un tiroir. Il rejoint sa maîtresse le soir, commepromis, mais quand il traverse les murs pour sortir, il sent un frottementinhabituel, comme si la matière offrait plus de résistance. Dans le derniermur, il n’avance plus, et se souvient avec horreur des cachets prescrits par ledocteur, qu’il a pris par erreur. Il est aujourd’hui encore là-bas, figé àl’intérieur de la muraille, se lamentant sur les amours trop brèves, n’ayantpour seule compagnie que les visites nocturnes du peintre.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Résumé >