Le passe-muraille

par

Le mélange des genres

La nouvelle du Passe-muraille est contenue dans un recueil qui porte son nom : ilest donc le récit phare d’une suite de contes fantastiques, surréalistes et/ouhumoristiques. Ces contes jonglent avec les formes du récit ou du dialogue etse réfèrent tous à la veine surréaliste à laquelle a appartenu Marcel Aymé.

         Le Passe-muraille se rapporte lui plusparticulièrement à la nouvelle fantastique. Un élément – la maladie surréaliste– vient troubler une réalité tranquille et monotone. Pourtant, la constructionnarrative vient contrarier la référence fantastique, donnant une touchehumoristique à la nouvelle : Dutilleul choisit tout d’abord de ne pas se laisser perturber parl’intrusion du merveilleux dans son quotidien. La veine humoristique etsatirique peut donc s’étendre au milieu du fantastique, via la peinture d’unmonde ridicule, notamment au moment de la représentation des travauxadministratifs.

         Entreconte fantastique et conte satirique, LePasse-muraille se rattache à la mouvance surréaliste qui refuse lacodification traditionnelle. Plus encore, le thème du passe-muraille participaà l’imaginaire de ce courant littéraire : on peut voir une communauté esthétiqueentre la magie de Dutilleul et les images surréalistes évoquées par Breton –qui énonce la vision d’un homme penché par la fenêtre comme celle d’un hommecoupé en deux – ou encore les tableaux de Dali. La réalité est creusée,déformée, au point de ne devenir qu’une masse malléable soumise à la vision età l’imagination – toutes-puissantes – de l’homme. 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Le mélange des genres >