Le Passeur

par

L’apprentissage du savoir

Au milieu de ce monde qui a choisi l’abolition totale de toute humanité, évolue donc le personnage principal : Jonas.

Comme nous l’avons vu plus haut, celui-ci fait preuve de nombreuses qualités morales mais, comme tous les autres citoyens, ignore tout quant à la possibilité d’un autre monde. Aux côtés du Passeur, il va recueillir des souvenirs et la mémoire du temps passé : « Parfois j'aimerais qu'ils fassent plus souvent appel à ma sagesse ; il y a tant de choses que je pourrais leur dire, des choses que j'aimerais les voir changer ! Mais ils ne veulent pas de changements. Leur vie est tellement ordonnée, tellement prévisible, sans douleur. C'est ce qu'ils ont choisi. »  Mais son véritable apprentissage se fera grâce à un autre élément.

Les souvenirs que Jonas reçoit sont le vecteur de sa volonté. En effet, l’apprentissage du savoir se double d’un apprentissage pédagogique, initiatique, que l’auteur s’efforce de retransmettre au lecteur, d’où le jeune âge du public visé. Jonas développe un très fort sentiment de responsabilité vis-à-vis de Gabriel. Il apprend ce qu’est l’amour, mais n’en reste pas là puisque le désir de protéger ceux qu’il aime s’ensuit également. Aux côtés du passeur, c’est également la solitude et le besoin d’autrui qu’il apprend. « Ce qu'il y a de pire quand on détient les souvenirs, ce n'est pas la douleur. C'est la solitude dans laquelle on se trouve. Les souvenirs sont faits pour être partagés. »

Dans un univers où tout semble fixé et statique, Jonas va découvrir le désir de changer le monde, de le rendre meilleur. Mais avant d’en ressentir la volonté, il doit tout d’abord en ressentir le besoin : c’est ainsi que l’apprentissage du savoir commence, par l’acquisition du souvenir, puis par la façon d’utiliser celui-ci et d’en tirer des conséquences. Cet apprentissage de la mémoire n’est donc que le premier déclencheur de tout ce qui va le rendre finalement beaucoup plus humain et plus vivant que ses pairs. 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur L’apprentissage du savoir >