Le premier jour

par

Une construction parallèle des deux personnages principaux

Pour rendre le livre plus facile à lire et pour ajouter unmouvement dynamique à son récit, l’auteur a choisi de scinder l’histoire enplusieurs parties. Ainsi, les chapitres sont découpés au gré des villesvisitées et les personnages sont représentés par de petits symboles quipermettent de délimiter précisément qui parle et qui fait quoi.

Au début du roman, nous suivons donc parallèlement leshistoires d’Adrian, astrophysicien qui souhaite retourner au Chili, et Keira,archéologue au tempérament de feu, chassée par une immense tempête de la valléede l’Omo en Afrique. Bien que tous deux se trouvent dans une situationsemblable, ils ne vivent pas dans le même pays et rien ne semble les lier. Etpourtant, en suivant leurs aventures, nous les voyons petit à petit serapprocher. Finalement, ils se rencontrent, notamment lors de la cérémonie de la Fondation Walsh qui récompense lesmeilleurs travaux scientifiques.

 Ils vont donc évoluer séparément dans une bonne partiedu roman, apprenant de leur vécu et de leurs erreurs et avançant à leur manièredans les domaines qui les préoccupent. En suivant parallèlement ces deuxpersonnages, le lecteur a la sensation de suivre deux histoires différentessans liens particuliers. Il entrevoit de forts contrastes entre le côté timideet assez effacé d’Adrian, qui se consacre entièrement à son travail, et letempérament de feu de Keira qui vit sa passion au maximum. Ces deux êtres vontfinalement se retrouver et former un couple atypique. Le parallèle des deuxhistoires n’est là que pour faire davantage apprécier leur union, réchauffée àpetit feu sous les yeux d’un lecteur d’abord (et qui parfois le reste)circonspect.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Une construction parallèle des deux personnages principaux >