Le Prince heureux

par

Le prince heureux

Le prince heureux du conte d’Oscar Wilde est en réalité une statue recouverte de feuilles d’or, dont les yeux sont constitués de saphirs, et dont le pommeau de l’épée est ornée d’un rubis. Placé par les citadins, à la mort du prince véritable, sur une colonne surplombant l’intégralité de la ville, le prince peut désormais assister chaque jour à ce qu’il ignorait de son vivant : la misère dans laquelle vit la plupart de la population.

Depuis son promontoire, il a une vue d’ensemble sur tous les maux dont souffrent ceux qui constituaient son peuple. Son ignorance passée est symbolisée par le fait que de son vivant, jamais il ne s’aventurait au-delà du mur de son palais : « Le jardin était ceint d'un mur fort imposant, mais jamais je ne me souciai de demander ce qui se trouvait derrière. Tout était si beau autour de moi ! »

Les habitants de la ville vouent à cette statue un culte presque fanatique : tous l’admirent et désirent prendre exemple sur le prince représenté. Il suscite une admiration sans bornes aux citoyens de tous les âges, aux enfants sortant de l’Assistance compris.

Cependant, la statue, sensible aux misères de sa ville qu’elle a ignorées toute sa vie, ne cesse de pleurer. La mort l’a rendue consciente de la notion de partage et de générosité : avec l’aide d’un petit martinet, elle décide de rattraper le bien qu’elle n’a pas pu faire lorsqu’elle vivait dans le luxe. Se sacrifiant, elle pousse l’oiseau à la dépouiller petit à petit de tous les joyaux qui la rendent précieuse aux yeux des villageois les plus riches, afin de venir en aide à ceux qui en ont le plus besoin.

Mais dénuée de tous ses artifices, la statue du Prince heureux perd tout...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Le prince heureux >

Dissertation à propos de Le Prince heureux