Le Ravissemnt de Lol V.Stein

par

L’infidélité

L’infidélité est également un thème important de notre corpus. Trois personnages incarnent ce thème : Michael Richardson, Tatiana Karl et Jean Bedford. Michael Richardson, nous l’avons déjà souligné, préfère abandonner Lol pour s’en aller avec Anne-Marie Stretter. Il l’abandonne sans le moindre ménagement. Ensuite, Tatiana Karl qui trompe, de façon éhontée, son mari. Son amant, Jacques Hold est un ami et collègue de son mari le docteur Beugner. Tatiana fait peu de cas de ses vœux d’amour et de fidélité. Elle n’attache aucune importance aux huit années de mariage qu’elle a partagé avec Beugner. Le pire c’est qu’elle ne se préoccupe guère de la réaction de son époux s’il venait à découvrir sa liaison. Elle ne s’en inquiète vraiment pas et se sent plutôt choquée et même trahie par son amant qui est amoureux de Lol. Le troisième infidèle de notre corpus, nous l’avons déjà mentionné, est Jean Bedford qui trompe son épouse Lol avec des ouvrières de son usine d’aviation. Nous pouvons dire que l’auteur attire notre attention sur la condition de la femme dans ses relations. L’auteur nous montre l’image d’une femme sujette à toutes sortes d’intempéries sans avoir le moindre coin ou elle peut se protéger.  L’œuvre met exergue la fragilité de la femme, elle subit, prend tout sur elle sans la moindre plainte ouverte. C’est une interpellation sur la condition de la femme : soumis à son mari, bonne mère pour les enfants, excellente ménagère, remplissant pleinement ses devoirs conjugaux vis-à-vis de son époux et de sa famille (Lol). Et c’est un débat toujours d’actualité. C’est l’une des raisons pour lesquelles Lol, ne pouvant faire face à cette injustice, décide à sa manière de réagir et de se protéger contre les humiliations que lui imposent ses deux relations. Elle se refugie, non pas dans la folie, comme l’auteur veut  nous le montrer au début de l’histoire, mais plutôt dans la sublimation. En effet, c’est un procède psychologique et psychiatrique qui consiste chez le patient à vouloir façonner les amertumes de la vie et les donner une autre perspective, qui est moins douloureuse. Et il s’y enferme. Et c’est ce que fait Lol. C’est une façon, comme une autre, d’aborder les méandres dans lesquels la vie l’ont plongé. L’auteur semble condamner ce manque de responsabilité qui est la cause de tous les malheurs de Lol.

Toutefois, il y réside une autre image de la femme sur laquelle Duras attire notre attention : celle de Tatiana. Une femme dévergondée, n’ayant aucun sens des responsabilités.  Un autre aspect de cette analyse est le comportement machiste et goujat des hommes que l’auteur met à nu. Des hommes toujours prêts à tirer sur le premier jupon. En montrant les infidélités de Bedford et de Jacques Hold, l’auteur attire notre attention sur les conséquences dévastatrices que l’infidélité a sur la vie de famille. Chez eux, il y a également une absence criarde de responsabilité.

Au final, nous pouvons dire que Le ravissement de Lol V. Stein est un ouvrage qui loin de nous plonger dans une extase, rend presqu’amère. Le sort semble s’acharner sur cette jeune femme magnifique qui, à son tour, se refuse au bonheur. Une fois de plus, Marguerite Duras s’est adonnée à cœur joie à la dénonciation des aliénations culturelles et sociales. L’héroïne souffre et n’a personne pour vraiment l’assister dans son déséquilibre. Celle qu’elle considère comme son amie la déteste et cherche plutôt des voies et moyens pour aggraver son mal. L’auteur peint ici la crue réalité de nos sociétés humaines où l’hypocrisie, l’envie, la jalousie, la trahison, la déception, l’infidélité prime sur le véritable amour, la véritable amitié.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur L’infidélité >