Le second traité du gouvernement civil

par

La préoccupation du transfert de connaissances

La préoccupation du transfert de connaissances : la force de l'éducation pour devenir un bon citoyen.

Si l'homme vit en société, il se doit de respecter des règles, qui au-delà des règles de bon sens qui sont naturelles à tout être humain, voire tout être vivant sensé, sont celles d'une bonne vie en collectivité, d'une bonne vie en société : l'homme doit donc être un citoyen. En effet l'homme est libre par sa nature, mais Locke montre que pour être un homme libre, il faut être éduqué, afin de pouvoir ensuite devenir citoyen, faire ses propres choix, réfléchir par soi-même. En cela, Locke critique ouvertement l'esclavage, qui prive l'homme de sa liberté naturelle, et considère que ce système sur lequel sa nation a pourtant fait une grande partie de sa fortune (première puissance maritime du monde jusqu'au 19° siècle) avec le commerce triangulaire, est un état contre nature.

Si à la naissance, on nait homme, il faut ensuite le devenir pleinement. En ce sens, Locke reprend la très du philosophe de la renaissance Erasme : '' on ne nait pas Homme, on le devient ‘‘. L'éducation tient donc une place particulièrement importante, et l'auteur souligne la responsabilité du père, qui en vertu de son pouvoir parental paternel a des droits, mais aussi des devoirs, parmi lesquels il doit éduquer son fils, afin que ce dernier devienne un homme, et qui plus est un homme libre.

La société et son bon fonctionnement repose donc en grande partie sur ses citoyens, qui doivent former d'autres citoyens, de génération en génération, ce qui représente...

Inscrivez-vous pour continuer à lire La préoccupation du transfert de connaissances >

Dissertation à propos de Le second traité du gouvernement civil