Les Âmes du purgatoire

par

Résumé

Don Juan de Maraña est le dernier fils d’une famille debourgeois de Séville. Son père, le comte Don Carlos de Maraña, est un illustreseigneur de Séville reconnu et honoré pour la victoire éclatante de son arméedans la guerre contre les Morisques. Avant la naissance de son fils, Don Carlosde Maraña craignait de ne point avoir d’héritier qui porterait sa descendance,mais l’arrivée de Don Juan le comble de joie.

Le comte souhaite que son fils devienne un vaillantsoldat comme lui, tandis que sa mère, la comtesse de Maraña, a envisagé pourlui une vocation religieuse. Et pour l’y contraindre, elle lui montreconstamment une célèbre peinture qui lui inspire peur et crainte de lamort : un tableau du style de Morales, qui illustre les tourments du Purgatoire,auxquels sa mère (et toute sa famille) seraient soumis si Don Juan ne dévouaitpas sa vie à prier pour sauver leurs âmes. Quant à son père, il berce Don Juande romances du Cid et de Bernard Del Carpio, lui fait découvrir ses collectionsd’armes dans le but de faire naître en lui le désir de devenir un vaillantguerrier et de suivre les pas de son géniteur. Cependant, bien que les avis desdeux parents divergent au sujet de la vocation idéale pour leur fils, ils se mettentd’accord sur le fait qu’il est temps pour Don Juan de continuer ses études dansune université de qualité. C’est ainsi que d’un commun accord, ils l’envoient àSalamanque, armé de livres de prières et de chapelets (cadeaux de sa mère) etd’une épée protectrice, symbole de son honneur et de sa gloire à venir (cadeaude son père).

À son arrivée à Salamanque, Don Juan de Maraña fait larencontre d’un jeune homme qui, sans le savoir, change définitivement sa vie.Don Garcia, lui-même fils d’un vaillant chevalier, est amèrement redouté partous les autres étudiants à cause de sa rudesse, son hautaineté, son insolenceet sa violence. Mais lorsque Don Garcia rencontre Don Juan, il s’introduit humblementà lui et lui propose de devenir son fidèle compagnon de route. Il lui révèleles liens étroits qui ont existé entre leurs deux familles – leurs deux pèresétaient de très bons amis.

Mais les voies qu’emprunte Don Garcia sont peurecommandables car elles s’opposent diamétralement aux valeurs morales qui ontété inculquées à Don Juan depuis son enfance : son nouveau compèrel’entraîne dans les cabarets, lui fait découvrir les excès de la vie –notamment l’alcool et les femmes – qui contredisent l’éducation catholiquequ’ils reçoivent à l’université. Il l’introduit aux combats réels et aux duelsentre chevaliers.

Au départ, Don Juan aime et apprécie cette vie, oubliantpeu à peu les conseils que lui avaient donnés ses parents. Mais son mondebascule lorsqu’une nuit, alors qu’il conte fleurette à une maîtresse, DoñaTeresa de Ojeda, Don Juan est contraint de tuer un rival, Don Cristoval, qui s’avèreégalement être l’ennemi numéro un des étudiants de Salamanque. Et bien que parcette victoire Don Juan gagne le respect de toute la famille étudiante de son université,c’est là qu’il perd sa véritable identité et l’honneur que son père lui avait ditde chérir à jamais. Dès lors, le cœur de Don Juan s’endurcit, et il changecomplètement de vie.

Sa transformation d’agneau docile et d’homme respectueuxen une brute sans cœur devient évidente, même pour sa bien-aimée Doña Teresa.Il devient dégoûté par elle – et par tout ce qu’il trouvait initialementattrayant en sa personne – et à cause de cela, il s’en va à la conquêted’autres femmes. Naïvement, Don Juan accepte l’idée de Don Garcia d’échangerleurs maîtresses (qui sont des sœurs), mais lorsque Don Juan se rend en premierà la résidence des De Ojeda, il se fait violemment rejeter par Doña Fausta (maîtressede Don Garcia et nouvelle conquête de Don Juan). Dans ses élans pour repousserDon Juan, Fausta crie, appelle au secours, et c’est son père qui accourt. Arméd’une arquebuse, Don Alonso de Ojeda (père des deux filles) tire, mais manqueDon Juan et assassine sa fille. Pour s’échapper, Don Juan est contraint de tuerDon Alonso de Ojeda. Ce double meurtre est un poids trop lourd à porter pourDon Juan, et de peur de ternir sa réputation à Salamanque, Don Garcia luisuggère de s’enfuir vers un pays inconnu.

La Flandre, en Belgique, est leur destination. Les deuxhommes rejoignent la compagnie d’un certain Don Gomare, et grâce à leurbravoure et leur adresse lors des combats contre les Hollandais et les Espagnols,ils grimpent très vite les échelons de cette armée. Cependant, leur passéhorrible qu’ils pensaient avoir laissé derrière eux à Salamanque les rattrapeet un chevalier vindicatif, du fait de sa haine envers Don Juan et de sonressentiment face aux crimes qu’il a commis, cherche à le tuer. Mais c’est DonGarcia qui devient plutôt sa victime. Le chevalier se fait appeler Modesto,mais en réalité il est le frère de Doña Teresa et de Doña Fausta, donc le filsde Don Alonso de Ojeda. Son but est de venger sa famille en faisant périr leurmeurtrier, Don Juan, et bien qu’il échoue la première fois, il est déterminé àne pas s’arrêter là.

Après la mort de son compère Don Garcia, Don Juan décidede retourner à Séville où il continue l’ancienne vie de débauche qu’il menait àSalamanque, comme s’il n’en avait point tiré de leçon.

Don Juan tombe gravement malade, mais s’obstine néanmoinsà maintenir son style de vie. Après avoir dressé une liste de toutes les conquêtesqu’il eut dans sa vie, il se rend compte qu’il en manque une : une nonne,dont le mari serait Dieu. Ainsi, il se met en chasse et commence à fréquenterles églises. À sa grande surprise, ses yeux se portent sur une religieuse qu’ilsemble reconnaître : il s’agit de Doña Teresa de Ojeda, son tout premieramour. Malgré la réticence de cette dernière, Don Juan réussit à la convaincrede lui revenir, en lui promettant de s’enfuir avec elle pour une vie meilleure.Mais au jour arrêté pour leur départ, Don Juan a une vision quil’horrifie : une messe est donnée en son honneur par toutes les âmes duPurgatoire, qui chercheraient à sauver la sienne. Apeuré, il demande à voir unprêtre et se confesse de tous ses péchés avant qu’il ne soit trop tard. Quant àDoña Teresa, il lui demande pardon en lui révélant son changement de vie, etl’incite à en faire de même. Mais Doña Teresa ne peut supporter la douleur dece second abandon et se donne la mort.

Son frère (Modesto, mais de son vrai nom Pedro de Ojeda)finit par retrouver Don Juan (qui désormais est connu sous le nom de FrèreAmbroise) et, le cœur rempli de haine à son égard, le défie en duel. Don Juanrefuse de céder à cette tentation à cause de sa nouvelle vie de religieux. MaisPedro utilise des arguments plus forts que lui, et forcé à se battre, Don Juans’arme du glaive que lui tend Pedro et l’enfonce dans le côté de sonadversaire. Bouleversé à la vue de ce nouveau crime, il accourt chez le père supérieurpour demander de l’aide. Celui-ci accepte de l’aider à se débarrasser ducadavre et lui fait la promesse de ne jamais révéler ce crime à la communauté. 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Résumé >