Les Âmes du purgatoire

par

Un conflit vocationnel : la transformation du héros

Les Âmes du purgatoire met en exergue un héros qui fait face à un conflitvocationnel. Élevé par une mère religieuse et un père guerrier, Don Juan deMaraña est poussé à choisir à quel monde il donnera sa vie : l’offrira-t-ilà Dieu en devenant un homme religieux, ou alors à son pays en devenant un hommede guerre ? Comme Mérimée le déclare, le héros est donc « Partagé entre la guerre et ladévotion ».

Don Juan est influencé par ses deux parents quisouhaitent chacun que le jeune héritier marche suivant leurs pas : « sa mère voulait qu’il fût dévot comme elle,son père voulait que son fils fût brave comme lui. » Mais a priori, àla manière dont le récit se déroule, on remarque que Don Juan est d’abord attirépar le monde de la guerre. Bien qu’il est effrayé par l’atrocité du purgatoireque sa mère lui décrit, son admiration et sa fascination pour les batailles héroïquessemblent surmonter cette peur de la mort, et il développe donc un penchant plusfort vers une possible vocation de chevalier. Et lorsque Don Garcia croise sonchemin, ce désir de devenir un brave chevalier ne peut que s’intensifier et, enfin de compte, devient le premier de ses rêves que Don Juan réalise.

Cependant, bien que Don Juan se voit progressivement entraînépar son amour pour la guerre et le pouvoir, il maintient quand même vivantes lesvaleurs religieuses qui lui avaient été enseignées (du moins lors des premièresétapes de sa transformation). En effet, l’auteur réussit à faire évoluer simultanémentdeux mondes diamétralement opposés en une même personne, ce qui rend le récitencore plus fascinant – car la guerre et la paix ne font pas bon ménage, surtoutlorsqu’elles impliquent une même personne.

Plus étonnant, ces deux mondes sont représentés demanière « égale », même si la majorité du récit raconte lesexpériences de Don Juan en tant que chevalier, car toute l’histoire prend placedans un contexte et un environnement religieux. Ainsi Don Juan est envoyé àSalamanque, dans une université religieuse (rattachée à l’église Saint-Pierre) oùenseignent nonnes, prêtres et frères. Il va régulièrement à la messe, connaîttoutes les prières, et se tourne d’ailleurs vers un prêtre pour l’aider àcamoufler son premier crime. De plus, sa dernière conquête est une nonne. End’autres termes, le monde guerrier abrite les intrigues et l’histoire, et lemonde religieux  constitue l’environnementdans lequel se déroulent ces intrigues.

Le caractère religieux de cette nouvelle est également soulignépar le champ lexical du catholicisme, richement présent dans le texte.Dans chaque section de cette nouvelle, sont donc représentés des éléments propresà l’Église catholique : les églises (chapelle Saint-Pierre), les couvents(couvent de Notre-Dame du Rosaire), chapelets, livres de prière et même prièrescommunes (« Je vous salue Marie », « Notre Père », etc.), lepurgatoire, les nonnes et les frères, etc.

La fin renforce l’unicité du récit : le héros, aulieu de faire un choix entre les deux vocations – ce à quoi s’attendaient sesparents et le lecteur –, finit par réunir le meilleur des deux mondes. Audépart chevalier et vaillant guerrier au cœur lourd et à la « dureté factice », Don Juande Maraña finit par se confesser de tous ses péchés et se reconvertir,changeant non seulement de vie mais aussi de nom (il devient « frèreAmbroise »). Il abandonne les armes, la violence, la guerre et lesmeurtres de sang-froid et dès lors se voue à une vie pieuse marquée par desactes de charité (un hôpital pour malades, l’offrande de toute sa fortune àl’Église et pour le bien-être des pauvres, des missions humanitaires, etc.)Ceci marque donc la transformation du héros.

On pourrait être tenté de penser qu’étant donné que toutesa vie, Don Juan de Maraña se serait perverti, « souillé » d’un pointde vue religieux, à travers ses actes de violence, ses abus et sa promiscuité,sa véritable existence commencerait lorsqu’il se convertit enfin et devient unhomme de Dieu – mais il ne faut pas accorder moins d’importance à la vie de DonJuan avant sa « rencontre avec Dieu », car c’est son dégoût face à cepassé atroce et sa crainte du purgatoire qui le poussent à se reconvertir et àchanger de vie. 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Un conflit vocationnel : la transformation du héros >