Les cinq cents millions de la Bégum

par

François Sarrasin

Ce médecin idéaliste est en quelque sorte le père adoptif du héros. Foncièrement bon, il tente d’inculquer à son fils Octave qui est loin d’incarner la perfection, quelques unes de ses qualités : « Debout à cinq heures, il obligeait Octave à l'imiter. Il l'entraînait aux cours, et, à la sortie, ne le quittait pas d'une semelle. On rentrait pour se livrer au travail, en le coupant de temps à autre d'une pipe et d'une tasse de café. On se couchait à dix heures, le cœur satisfait, sinon content, et la cervelle pleine ». Sa vie change quand suite à l’obtention d’une partie de l’héritage de la Bégum, il se retrouve confronté au terrible professeur Schultze.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur François Sarrasin >