Les cinq cents millions de la Bégum

par

Marcel Bruckmann

Egalement connu sous le pseudonyme de Johann Schwartz, il est le personnage principal de l’ouvrage. Un héros comme il en existe dans la plupart des récits d’aventure, véritable concentré de qualités allant du charme à l’intrépidité, en passant par la vivacité d’esprit et la force physique. L’auteur le décrira en ces termes : « C’est que Marcel Bruckmann était un de ces champions vaillants et avisés que l’Alsace a coutume d’envoyer, tous les ans, combattre dans la grande lutte parisienne. Enfant, il se distinguait déjà par la dureté et la souplesse de ses muscles autant que par la vivacité de son intelligence. Il était tout volonté et tout courage au-dedans, comme il était au-dehors taillé à angles droits. Dès le collège, un besoin impérieux le tourmentait d’exceller en tout, aux barres comme à la balle, au gymnase comme au laboratoire de chimie. Qu’il manquât un prix à sa moisson annuelle, il pensait l’année perdue. C’était à vingt ans un grand corps déhanché et robuste, plein de vie et d’action, une machine organique au maximum de tension et de rendement ». Il est le meilleur ami d’Octave Sarrasin.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Marcel Bruckmann >