Les Combustibles

par

Daniel

C'est l'assistant du professeur. Il habite dans l'appartement de celui-ci à cause de la guerre. Formé intellectuellement par ce maître qu'il admire, c'est un intellectuel qui croit en ce que décrètent l'Université et ceux qui y professent. Lui aussi est obsédé par le froid. Au réveil, sa première pensée est pour les tuyaux brûlants du chauffage de la bibliothèque universitaire. « Je ne pense ni à la vie, ni à la mort, ni à la guerre, ni aux Barbares, ni à ma thèse [...] ni même à la faim ». Il se rend tous les jours à l'université pour s'y réchauffer, mais aussi pour y lire, car l'enseignement du professeur l'a marqué : il révère les livres et ce qu'ils enseignent. Cependant, ce n'est pas un pur esprit, puisque chaque année il choisit la plus jolie des étudiantes de dernière année et entretient une courte liaison avec elle. Cette année, l'élue est Marina.

La liaison de Marina et du Professeur le dégoûte : « Tu es mieux placée que personne pour savoir combien c'est laid » lui dit-il. De même, quand le Professeur trouve admirable la scène de séduction dans Le Bal de l'Observatoire, Daniel trouve que « ce quinquagénaire qui séduit cette jeune fille, c'est à la fois tellement convenu et tellement dégoûtant. » Il mêle ici son analyse d'universitaire – « c'est convenu » – à son sentiment d'homme – « c'est dégoûtant ».

Daniel est le jeune homme qu’était sans doute le professeur au même âge : cuirassé dans la certitude que le sentimentalisme n’a rien à faire dans l'univers intellectuel. Son avis sur Le Bal de l'Observatoire est sans...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Daniel >

Dissertation à propos de Les Combustibles