Les fourberies de Scapin

par

Le rôle du valet

Le valet occupe ici toute la place : c'est lui qui va mettre en route toutes les ruses pour sortir son maître et son ami de l'embarras. Pourtant, le valet n'a qu'une place secondaire dans la hiérarchie de l'époque. Cette importance qu'on lui donne interpelle le lecteur et l'amuse. Car comme bien souvent, derrière chaque grand il y a une personne dans l'ombre qui tire les ficelles. Peut-être Molière tente-t-il ici de faire un reproche à la société, qui peut s'appliquer à notre époque actuelle.

Scapin, le valet de Léandre, va endosser plusieurs rôles : il va servir d'intermédiaire entre les pères et les fils, de confident pour les pères, de médiateur de mariage et encore quelques rôles mineurs.

Scapin l'intermédiaire : lorsque les deux fils se retrouveront dans l'embarras, c'est à lui plus qu'à tout autre qu'ils viendront se confier et demander de l'aide car il est réputé pour ses combines qui le sortent toujours des soucis. Scapin va alors parler à chacun des pères, pour tenter de les raisonner puis de les amener à entrer dans ses plans. Pour calmer Argante, il va invoquer la responsabilité de la destinée, ce qui innocenterait alors Octave : « je me suis rendu à la raison, et j'ai considéré que dans le fond, il n'a pas tant de tort qu'on pourrait croire. […] il y a été poussé par sa destinée […] ». Pour Léandre, Scapin va cette fois devoir inventer un enlèvement afin que son père, radin, lui donne suffisamment d'argent pour récupérer celle qu'il aime car Léandre n'ose pas aller parler à son père : « Pendant que nous mangions, il a fait mettre la galère en mer, et se voyant éloigné du port, il m'a fait mettre dans un esquif […] si vous ne lui envoyez par moi tout à l'heure cinq cents écus, il va vous emmener votre fils en Alger. ». Sans le valet, jamais les deux jeunes hommes n'auraient pu obtenir ce qu'ils voulaient.

Scapin le confident : Scapin va se tenir informé de l'état mental d’Argante, puis l'écouter et le conseiller sur la tenue à adopter face à l'attitude de son fils. L'homme n'hésitera pas à faire part de sa fureur et de son mal-être face à ce qu'a fait son fils. C'est son éducation en tant que père qui est remise en question. C'est donc le rôle de Scapin d'intervenir : « […] Quoi, tu ne trouves pas que j'aie tous les sujets du monde d'être en colère? – Si fait, j'y ai d'abord été, moi, lorsque j'ai su la chose, et je me suis intéressé pour vous, jusqu'à quereller votre fils. […] je me suis rendu à la raison, et j'ai considéré que dans le fond, il n'a pas tant de tort ». Quant à Géronte, Scapin va écouter ses pleurs lorsqu'il pensera son fils enlevé par les Turcs et lui conseillera la marche à suivre, marche à laquelle il obéira aveuglément : « Laissez là cette galère, et songez que le temps

presse, et que vous courez risque de perdre votre fils. […] – Attends, Scapin, je m'en vais quérir cette somme. ». C'est d'ailleurs son excès de confiance en ce valet qui le trompera et lui fera subir divers sorts peu agréables.

Scapin l'entremetteur : C'est par son aide que les deux couples que forment Léandre et Zerbinette ainsi qu’Octave et Hyacinte vont parvenir à s'épouser. Sans toutes ses machineries, jamais leurs mariages n'auraient eu lieu puisque les vérités sur la provenance de Hyacinte et Zerbinette n'auraient jamais été découvertes. On peut donc dire que c'est grâce à ce valet que la pièce se finit bien.

Scapin assume donc plus de rôles qu'il ne le devrait, augmentant alors l'importance de son personnage, ce qui l’inscrit dans la droite ligne des rapports maître/valet du théâtre classique.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Le rôle du valet >