Les Rêveries du Promeneur Solitaire

par

Authenticité de l’œuvre: identification de l’auteur en tant que narrateur par l’usage du «je»

Les Rêveries du Promeneur solitaire est un texte autobiographique. De ce fait, l’usage du « je » est très poussé dans cette œuvre. Non seulement l’auteur identifie la solitude qu’il ressent dans ce monde comme la sienne, mais il pousse également le lecteur à partager ce sentiment. La présence prononcée du « je » crée ainsi un effet de relativité, de proximité avec le lecteur. Ainsi, Rousseau transmet son angoisse à son auditoire.

Aussi, l’usage du « je » par l’auteur le met dans une position de victime et de passivité. Rousseau devient alors un observateur de tout ce qui lui arrive, une victime du monde. L’auteur fait usage de verbes d’état : « je suis dans cette position… » et réveille instantanément l’esprit du lecteur qui réalise que cette passivité du narrateur n’est que la réaction de l’activité de quelqu’un d’autre : il existe donc un autre personnage (qui pourrait être la société), qui exerce cette action sur le narrateur et le rend ainsi passif.

Inscrivez-vous pour continuer à lire Authenticité de l’œuvre: identification de l’auteur en tant que narrateur par l’usage du «je» >

Dissertation à propos de Les Rêveries du Promeneur Solitaire