Les Rêveries du Promeneur Solitaire

par

Les paradoxes de Rousseau

L’un des premiers paradoxes dont l’auteur fait usage se trouve déjà même dans le titre de l’ouvrage. C’est sans doute son utilisation de pensées contradictoires qui excite les lecteurs de Rousseau à toujours en redemander. Bien que Les Rêveries d’un Promeneur solitaire soit la dernière œuvre écrite du vivant de Rousseau, sa richesse en paradoxes demeure l’un des éléments cruciaux qui font de cette œuvre un tel succès littéraire.

Malgré le fait qu’il se promène ou qu’il semble rêver, Rousseau est en quête de vérité. Ces « promenades », malgré leur connotation naturelle de relaxation, n’ont qu’un seul but : aller à la recherche de réponses aux questions de Rousseau. Il déclare lui-même : « Voilà ce qui me reste à chercher… », ou encore « C’est une idée par laquelle il faut nécessairement que je passe… ». Cette recherche devient alors obligatoire et Rousseau se sent responsable de cette quête de vérité – sur la nature humaine, la question de bonheur, etc. – et de ce fait, l’auteur doit se rattacher vers les autres, se rapprocher d’eux, malgré le fait qu’il déclare au tout début de la première promenade que les autres n’existent pas : « Me voici donc seul sur la Terre… ».

De plus, le genre littéraire du livre semble être une classification erronée : par le mot « rêveries », on s’attend à de la romance et de la tendresse, car quand on aime, on rêve. Rapidement, le lecteur se rend compte que Les Rêveries du Promeneur solitaire sont en fait une interprétation de la pensée de Rousseau ; qui parfois est loin d’être romantique. Dans...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Les paradoxes de Rousseau >

Dissertation à propos de Les Rêveries du Promeneur Solitaire