Les villes invisibles

par

Marco Polo

Il n'est pas le narrateur, mais agit comme un narrateur lorsqu'il raconte à la première personne ses récits de voyage. Explorateur italien, venant de Venise comme bon nombre de navigateurs, il est un jeune homme, intelligent, bon navigateur, beau parleur, séduisant, il voyage à travers le monde par curiosité, mais aussi à la quête de la féminité, d'où le fait qu'il ait donné des prénoms féminins à toutes les villes, comme si une femme l'y avait marqué, comme si dans chaque port il en avait conquis une, qui l'attend encore.

 

Mais dans son cœur, il reste fidèle à Venise, comme point de départ, de comparaison : « Chaque fois que je fais la description d’une ville, je dis quelque chose de Venise.

- Quand je t’interroge sur d’autres villes je veux t’entendre parler d’elles. Et de Venise, quand je t’interroge sur Venise.

- Pour distinguer les qualités des autres, je dois partir d’une première ville qui reste implicite. Pour moi, c’est Venise ».

 

 

C'est un aventurier et un visionnaire, partant parfois sans réel plan et découvrant les villes sans les chercher sans jamais craindre ce qu'il va y trouver, se laissant porter par le courant marin comme si c'était...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Marco Polo >

Dissertation à propos de Les villes invisibles